Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 13:45

 

 

Hello mes petits choux à la crème de rose !

 

 

I'm back ! Je sais que je n'ai pas donné de signe de vie depuis un petit moment et j'espère que vous ne m'en voudrez pas trop. On peut dire que j'ai été en quelque sorte touchée par l'horrible syndrome de la page blanche dernièrement : ce n'est pas que l'inspiration me manquait mais impossible d'aligner deux mots, même avec la meilleure volonté du monde. Un peu de fatigue, beaucoup de travail et une pincée "d'esprit ailleurs" et vous obtenez le cocktail détonant pour faire perdre la plume à une blogueuse (bon ok, juste à moi en fait ! Mais vous avez le droit de me soutenir quand même ;))

 

 

Si j'avais tant l'esprit ailleurs ces derniers temps, c'est entre autre à cause du (très vaste) sujet que je veux aborder avec vous aujourd'hui. Tadadaaaaa roulements de tambours... Je veux bien sûr parler de l'Amour (avec un grand A s'il vous plaît).

 

 

 in-love

 

 

"Être amoureux ? Qu'est-ce-que c'est ?"

 

 

baiser-war  

 

C'est ça pauvre truffe ! (pas vous, chers lecteurs)

 

 

Je ne promets pas que cet article soit très pertinent (s'il est à l'image de mes pensées actuelles, ça promet d'être un joli bordel !) mais je vais tout faire pour le rendre le plus clair possible :) Vous connaissez probablement le mythe des âmes sœurs, évoqué par Platon dans Le Banquet. Il y est écrit qu'à l'origine de l'humanité, les humains auraient été composés de deux jambes, de deux bras et d'une tête composée de deux visages. Zeus - craignant la puissance et la supériorité de ces êtres - les auraient séparés, les obligeant ainsi à passer le reste de leur existence à chercher leur part manquante, inlassablement. L'histoire ne dit pas si ces êtres partageaient le même cœur mais l'idée reste la même : l'amour a toujours été au cœur de toutes les préoccupations, humaines ou divines par ailleurs, et nous pouvons dire sans mentir qu'une grande partie de notre vie lui est destiné, que l'on soit à sa recherche ou que l'on tente de lui échapper, d'ailleurs...

 

 

life-without-love 

 

"La vie ne vaut rien sans l'amour"

 

 

Gamine, j'imaginais des histoires loufoques où mon âme sœur (la fameuse), finissait toujours par m'échapper (il faut croire que déjà à l'époque elle m'en voulait, la bitch). Je devais par exemple la rencontrer le jeudi 4 avril dans le train de 8h57 mais (au choix) : mon réveil ne sonnait pas ce matin-là / un malaise voyageur retardait le fameux train / une grève empêchait les trains de s'arrêter dans ma gare ce jour-là... (rayez la mention inutile). Dire que la chose me tracassait est donc un bel euphémisme.

 

 

Résultats des courses, la bougresse m'échappait toujours et je me demandais inlassablement ce que j'aurais pu faire pour la retrouver puisque dans les faits, on ne peut bien sûr la croiser qu'une seule et unique fois (autant vous dire que je ne vous conseille pas de piquer un petit roupillon entre deux stations ce jour-là !). Pour ma défense (si si, je crois que c'est nécessaire là...), je dirais tout simplement qu'avoir pour livre de chevet Roméo et Juliette (comment ça une passion pour les amours impossibles depuis mon plus jeune âge ?! Mais QUE NENNI voyons, ça ne me ressemble pas du tout !), écouter à longueur de journée des groupes pop où les chanteurs pleurent leurs amours perdus et être élevée à ce qui suit juste après n'aide pas forcément...

             


baisers-disney 

 

"Un jour mon Prince viendra" qu'ils disaient... Ils en avaient de l'humour !

 

 

Puis (parce qu'il le faut bien), j'ai grandi et j'en ai profité pour reléguer au placard mes délires de princes charmants et d'âme sœur. Désormais, je cherche juste un homme ordinaire (au sens noble du terme : je suis moi-même quelqu'un de très ordinaire...), qui ne sortirait ni d'un film romantique ni d'une chanson d'amour (à part s'il en a vraiment très envie bien sûr, dans ces cas-là qu'il ne se gêne pas ;)) mais qui aurait l'immense qualité d'être honnête envers lui-même et envers les autres. Et croyez-moi, ce n'est guère plus facile à trouver que la fameuse âme sœur en question... Alors je ne sais pas si la séparation de Johnny Depp et de Vanessa Paradis (non mais pourquoiiii mon Dieu ?! PAS EUX. Je refuse) ou encore celle de Tom Cruise et de Katie Holmes me bouleversent à ce point mais très naïvement, je me demande ces temps-ci pourquoi une vie semble si longue et si impossible à vivre à deux alors que tout le monde s'évertue sans cesse à dire que celle-ci est justement trop courte.

 

 

Sans vouloir en revenir au fondement même de l'être humain, je me questionne sur notre inconstance et sur notre impossibilité à nous contenter de ce que l'on a là, juste sous les yeux. Pourquoi ne peut-on pas simplement apprécier ce que l'on a et jouir du moment présent ? Pourquoi se lasse-t-on toujours ? Pourquoi les sentiments finissent-ils par s'envoler ? Pourquoi faut-il qu'on croit que l'herbe est toujours plus verte ailleurs ? Et même si elle l'est, qu'est-ce-que ça peut nous foutre honnêtement ? Un petit coin de gazon, ce n'est pas mal non plus quand le soleil brille...

 

 

juno 

 

"De bonne humeur, de mauvaise humeur, moche, jolie, beau gosse ou tout ce que tu veux : LA BONNE PERSONNE SERA CELLE QUI PENSERA TOUJOURS QUE

TA MERDE SENT LA ROSE."


(Juno)

 

 

Il y a encore quelques décennies de cela (mais si ! Rappelez-vous mes bonnes dames), on s'aimait pour le meilleur et pour le pire et ces mots-là avaient un réel sens. Évidemment que c'était dur, évidemment qu'il y avait la routine, les journées plus dures que les autres, l'incompréhension, les coups de gueule, l'habitude, la tendresse qui petit à petit remplace l'amour, le temps qui passe inlassablement et tout simplement la vie qui s'écoule lentement comme un sablier mais les gens restaient quoi qu'il arrive. Ils considéraient tout simplement que ce qu'ils avaient pris la peine de construire avec tant d’abnégation ne valait pas la peine de partir en fumée au premier obstacle rencontré sur le bord de la route. Et ils tenaient bons...

 

    amour-vieillesse

 

 

"Comment avons-nous réussi à rester ensemble durant 65 ans ?"

 

"Parce que nous sommes nés à une époque où si quelque chose était brisé,

on le réparait au lieu de s'en débarrasser..."

 

 

Je sais que les temps ont changé, que nos valeurs ont évolué et qu'il faut l'accepter. Mais est-ce vraiment notre vérité ? Notre réalité ? Génération désenchantée ? Plus rien ne durera jamais ?

 

 

life.jpg       

 

 

love-forever.jpg

 


L'autre soir, alors que nous parlions justement de la recherche de l'être aimé (tout un programme), un ami m'a fait part de cette phrase terrible : "L'amour, ça détruit plus que ça ne créer..." . J'ai trouvé ça vrai, je me dois de l'avouer, mais aussi terriblement triste. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire qu'à trop penser à la destination, on en oubliait la beauté du voyage... Car enfin, si tout prend fin un jour (et ma foi, c'est tout de même l'essence même de la vie de s'achever tôt ou tard), alors à quoi bon s'investir ou construire à deux penseront certains ? Passer sa vie avec une seule et même personne tiendrait donc du miracle aujourd'hui et dans notre société ? Je suis sûre que les couples qui me liront ne seront pas d'accord avec cette idée et pour cause : quand on aime sincèrement quelqu'un, on ne peut pas imaginer que ce sentiment puisse disparaître du jour au lendemain, sans crier gare. Et pourtant... Les sentiments évoluent sans arrêt et l'éphémère nous guide de plus en plus.

 

 

amelie-poulain-miracle.jpg 

 

"Vous croyez aux miracles ?"

"Pas aujourd'hui... "

 

(Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain)

 

 

inquietudes-500-jours-ensemble.png   

 

 

"J'ai besoin de savoir que tu ne vas pas te réveiller un matin et vouloir que

tout s'arrête entre nous."


"Je ne peux pas te promettre ça. Personne ne le peut..."


(500 jours ensemble)

 

 

 

Frédéric Beigbeder a cette phrase que j'aime beaucoup : "Les hommes sont toujours entre une ex et une future car le présent ne les intéresse pas. Ils préfèrent naviguer entre la nostalgie et l'espoir, entre la perte et le fantasme. Nous sommes toujours coincés entre deux absentes...". Je pense effectivement qu'il doit y avoir de ça et, soyons clairs, ça n'aide pas vraiment à s'investir. J'en ai connu des hommes et leur fameux refrain "Je sors d'une histoire sérieuse (ah bon ?) alors on ne s'emballe pas hein, pas de sentiments, on se la joue cool et on verra où tout ça nous mènera...". Inutile de préciser que généralement, ça ne mène nulle part...

 

 

Et pour cause : pour beaucoup, l'amour est dans l'instant. C'est le fameux et utopique coup de foudre, les étoiles dans les yeux, les mains moites et les papillons dans le ventre. Penser au quotidien, aux factures à payer, aux chaussettes sales au pied du lit le matin, ça ne fait rêver personne et pourtant, c'est sans doute dans tous ces petits détails qu'on peut réellement connaître l'autre. Je pense pour ma part (après des années de réflexion intense sur le sujet !) que l'amour est une construction à laquelle il faut ajouter une pierre à l'édifice chaque jour, sans relâche. Avec ces conneries de contes de fée, on en a oublié que l'amour c'était surtout de la patience, de l'investissement, des compromis ou encore des sacrifices. C'est comprendre qu'on n'est plus tout seul et qu'une autre personne partage notre cœur, d'une certaine manière. Et ça n'a rien de simple car si on n'est pas prêt à faire ces efforts-là, ça ne tient pas...

 

 

compromis.jpg

 

 

"Ce n'est pas seulement une question d'arc-en-ciel et de papillons.

Ce sont les compromis qui nous font durer..."


(Maroon 5)

 

 

Si l'on ne se sent pas le cœur à l'ouvrage, peut-être faudrait-il juste être honnête et reconnaître que cette histoire à deux, cet investissement quotidien, ce n'est pas ce que l'on recherche. Mais certaines personnes préfèrent leurrer et mentir pour mieux s'enfuir... Peur de l'engagement, de l'effort que demande une relation, manque de maturité ? Je l'ignore et peut-être l'ignorent-elles elles-mêmes d'ailleurs. Mais assumer ne vaut-il pas mieux que de faire souffrir quelqu'un ? A quoi bon faire croire à l'autre qu'on l'aime si ce n'est pas le cas ou si on ne veut pas se donner les moyens de donner des ailes à cet amour ?

 

       honesty.jpg

 

 

 

"J'aimerai que les gens soient honnêtes et disent simplement :

'hey, j'entre dans ta vie mais je n'ai pas l'intention d'y rester...' "

 

 

 

adele   

 

 

"Parfois l'histoire d'amour se finit bien mais parfois elle blesse plus qu'autre chose..."

(Adele)

 

 

J'aimerais parfois revenir à l'époque bénie où ma seule préoccupation était de savoir ce que j'allais manger pour mon goûter (étrange pour une fille dont le blog se nomme Childhood is better !). Quand on était mômes, on aimait où on aimait pas, c'est tout et ça ne pouvait pas être plus simple. On se prenait par la main à la récré puis on partageait nos billes voire nos crayons de couleur. Si on avait un différend, on se tirait les cheveux ou la langue et une heure après, tout était terminé et on partageait notre quatre heure à la sortie de l'école. Mais nous finissons tous par grandir, bêtise suprême !

 

 

Un jour, une des seules choses qui nous intéresse devient : "Je lui téléphone ou pas ? Est-ce que je dois lui écrire un sms en premier ? Non, si je fais ça il va savoir que je pense à lui et je ne veux pas avoir l'air d'une fille désespérée... Et si je l'ajoutais sur Facebook plutôt ?". Exagération ? J'aimerais bien ! Et encore, ces exemples ne reflètent que les cas les plus simples : je n'évoque même pas les gens que l'on rencontre trop tôt ou trop tard et qui ne feront jamais parties de notre vie, ces ex qui vous rappellent au moment où vous avez enfin guéris d'eux (et dieu sait que ça vous a pris du temps...), ces hommes qui sont déjà en couple et qui vous forcent à faire taire ces sentiments naissants et cette petite voix dans votre tête qui vous dit que non, mille fois non, vous n'êtes pas une briseuse de couples. Tous ces actes manqués... Alors revenons-en à nos moutons (oui oui, je sais que je digresse légèrement !) : quelle est la règle aujourd'hui en matière d'amour ? Vivre au jour le jour, ne pas se projeter, jamais, car tout finira toujours ?

 

Best-way-to-not-get-your-heart-broken-is-pretend-you-dont-h.jpg

 


"Le meilleur moyen de ne pas avoir le cœur brisé

est de prétendre ne pas en avoir..."


(Charlie Sheen)

 

 

Mais peut-on réellement ne jamais se projeter, vivre au jour le jour et garder les pieds sur Terre quand des sentiments sont en jeu d'une manière ou d'une autre ? Quand son cœur s'emballe en présence de l'autre ? Peut-on mettre son amour en "veille" tout simplement ? Saint Augustin qui considérait que "la mesure de l'amour c'est d'aimer sans mesure" aurait de quoi halluciner à notre époque...!

 

 

feelings.jpg 

 

Alors on fait quoi concrètement ? On se fait à l'idée que tout prendra fin un jour car tout est éphémère où on lutte au contraire contre cette idée reçue et on se dit que NON, notre histoire à nous sera forcément différente, L'EXCEPTION, LA VRAIE, QUI CONFIRME LA REGLE ? Trop de questions et pas assez de réponses... (je vous avais prévenu que ce serait le bordel ce papier !).

 

 

forever-is-a-lie.png 

   

Rien ne dure pour toujours... Toujours est un mensonge.

Tout ce que nous possédons se situe entre "Bonjour" et "Adieu"...

 

 

Autour de moi (et de vous aussi je suppute, sauf si vous avez la chance de vivre au pays merveilleux de Disneyland ;)), des couples prennent fin chaque jour tandis que d'autres perdurent mais ne respirent pas forcément la joie et n'ont pas vraiment l'air de kiffer la vie de couple... Récemment, un couple d'amis a mis fin à une relation de 10 ans, du jour au lendemain. Des projets réalisés, des désirs d'enfants (non conçus finalement, et peut-être pour le mieux...), de l'amour à n'en pas douter, des envies de mariage... Puis un matin : tout a disparu comme si tout ça n'avait été qu'un rêve évanoui au réveil. On découvre alors subitement que de l'amour à la haine, il n'y a réellement qu'un pas.


 

love-hate

 

 

Et on oublie. Vite, bien trop vite, car l'être humain a la mémoire courte... Tous ces moments passés, ce quotidien partagé, ces souvenirs heureux. Ces sentiments qui étaient bien réels hier deviennent songes envolés. Un beau gâchis fait de rancœurs nouvelles...

 

 

andy-warhol.jpg

 

"La meilleure chose à propos d'une photo est qu'elle ne changera jamais,

même si les gens dessus le font..."

(Andy Warhol)

 

 

Et il faut bien continuer à vivre et à avancer avec ce cœur brisé, en laissant l'autre partir, même si au fond de nous on ne sait pas comment dire adieu à cette personne sans qui on n'imagine pas vivre...

 

 

let-someone-go-oth.jpg

 

 

"Tu sais, c'est tellement dur de laisser quelqu'un partir..."

 

 

little-miss-sunshine.png

 

 

"Savais-tu que chaque année, 35 personnes sautent du Pont de Brooklyn ?

La plupart à cause d'un cœur brisé..."


(Un jour peut-être)

 

 

Et je regarde toute cette souffrance sans comprendre, à travers les yeux de la petite fille que j'étais hier et qui avait des rêves de "toujours" plein la tête. Cette petite fille a parfois peur de l'avenir quand elle voit tout cet amour s'effondrer autour d'elle comme un château de cartes. Elle aimerait que tout le monde soit heureux mais bien sûr, elle n'ignore pas que c'est impossible. Cette petite fille a déjà aimé profondément elle aussi, elle s'est donnée corps et âme. Elle a été abandonnée parfois. Elle a souffert en amour, bien sûr, comme tant d'autres...

 

 

like-we-never-existed.jpg

 

 

"Tu m'as quitté puis tu as fait comme si nous n'avions jamais existé..."

 

 

Ne sommes-nous pas tous cette petite fille, chacun à notre manière ? Mais malgré tout elle espère, elle veut croire toujours. Car si on ne croit plus, alors à quoi bon continuer ? Parfois, elle a mal au ventre en pensant qu'on ne l'aimera peut-être jamais vraiment.

 

 

love-you-thanks.png

 

 

"Je t'aime"

"Merci"


 

Mais elle fait taire cette petite voix dans sa tête car aujourd'hui elle est épanouie de bien d'autres manières. Si elle espère toujours tout au fond d'elle trouver un jour son "âme soeur", elle sait qu'elle peut être heureuse de bien d'autres façons. Qu'être deux n'est pas une nécessité absolue contrairement à ce que tente de nous faire penser le monde. Évidemment, elle espère toujours qu'un jour elle fera mentir les statistiques avec une histoire d'amour transcendante ! Mais elle a compris que tout arrive pour une raison et qu'au milieu des champs de batailles judiciaires à grand renfort d'avocats, des déceptions, des désillusions amoureuses et des cœurs brisés qui l'entourent, elle ne s'en sort pas si mal... en étant seule. Alors elle attend, sereine, de voir ce que va encore lui réserver l'avenir. Frédéric Beigbeder (encore lui !) a coutume de dire que "l'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur et accélérer quand même...". Elle a hâte de voir ça...

 

 

love-is-the-answer.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Psycho
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 20:45

 

 

Hello mes petits macarons pistache-chocolat !

 

 

Vous allez sûrement vous dire que depuis quelques temps, je me laisse aller à des articles pour le moins féministes. Mais sachez que je ne le fais pas exprès, promis ! Seulement voilà : depuis quelques semaines, je travaille pour une société dont la fréquentation est majoritairement masculine (non non, pas dans un club de strip-tease je vous rassure). Il est assez drôle de constater qu'être au plus proche de nos congénères mâles nous offre une véritable porte ouverte sur leur personnalité, souvent étonnante mais parfois étriquée... Qu'on se le dise, je ne suis pas pour les clichés, pour les préjugés ou pour toutes autres considérations venues d'un autre siècle qui tiennent à figer nos deux sexes dans des rôles établis depuis des lustres (vous me suivez toujours ?). En gros, les lieux communs du style "Moi Tarzan, Toi Jane", non merci, très peu pour moi. J'ai (toujours) bon espoir qu'au fil des siècles, nous ayons tout de même fini par évoluer considérablement dans nos mentalités (même s'il y a visiblement encore du boulot). Mais par moment, je crois que je suis aussi un peu trop optimiste envers nos amis les hommes...

 

 

 

feministe 

 

 

Hier, (et ce n'était pourtant ni ma fête ni la Journée de la Femme que je sache), j'ai eu le droit à un petit florilège de la bêtise crasse qui peut parfois habiter le cerveau d'un homme. Vous savez : ce genre de petites phrases sexistes et misogynes que seul un homme peut se permettre, encore aujourd'hui en 2012, de sortir tout de go à une femme. Qu'on se le dise, j'ai parmi mes amiES de vraies camionneuses (coucou les filles si vous passez par là, ne me remerciez pas pour la dédicace !) qui ne sont jamais à cours de petites blagues fumeuses sur les hommes et qui en jouent. Qu'on se le dise aussi, je ne suis pas dépourvue d'humour et je suis la première à rire de bon cœur. Mais voilà, je pense quand même pour le vivre au moins une fois par jour qu'il est très masculin de prendre le droit de sortir ce genre de petites phrases gratuites et stupides juste parce que ce sont des hommes et que nous sommes censés "accepter" sans rechigner car nous sommes des femmes (et pas seulement des femmes mais aussi et surtout des employées puisqu'ici nous sommes dans un contexte bien précis et pas des moindres : celui de l'entreprise...). D'ailleurs, pourquoi s'en priveraient-ils puisque la publicité s'y est mise bien avant eux ?!

 


 pub-sixt-2

 

    Pub Sixt : "Oui, nous louons aussi aux femmes..." (ahahah, grosse marade !)

 

 

 

Je m'explique : hier, alors que je faisais mon travail en équipe avec une de mes collègues (nous nous trouvons à l'accueil de l'entreprise), un de nos collègues demande à ma collègue (j'espère que je ne vous ais pas perdu définitivement en chemin là... !) si elle aime le tennis (la télévision était branchée sur Roland Garros). Celle-ci de répliquer qu'elle n'est pas très fana de sport de manière générale. Étonné, mon collègue lui demande si elle ne pratiquerait pas l'équitation. Réponse de l'intéressée : "non, ni l'équitation ni aucune autre activité d'ailleurs". Et ne voilà-t-y pas qu'un autre collègue qui écoutait la conversation d'une oreille, glisse, goguenard, en donnant un petit coup de coude complice dans les côtes du premier collègue (et comme si ma collègue ne se trouvait pas à quelques pas d'eux) : "elle aime sans doute chevaucher d'autres montures !". NON MAIS WTF ? Je ne sais pas ce que je trouve le plus débile dans ce stupide commentaire : 1) ce jugement de valeur sorti de nulle part (ma collègue est comme moi nouvelle arrivante dans l'entreprise, on ne peut donc même pas dire qu'elle ait eu le temps d'avoir une histoire avec qui que ce soit ou "de se forger une réputation" et même si c'était le cas, il est clair que cela la regarde) 2) le fait qu'il parle d'elle comme si elle n'était qu'une potiche ou (encore mieux !) comme si elle n'était pas là 3) cette façon de "blaguer" sur le dos des autres en faisant en plus une remarque déplacée et on ne peut plus personnelle sur quelqu'un qu'il ne connaît ni d’Ève ni d’Adam.

 

 

 

pub-babette.jpg

 

 Pub pour la crème "Babette" qui colporte le fantasme de la femme légère qui "passe à la casserole"

 

 

 

Ma collègue a eu la réaction que j'aurais sans doute eux à sa place : alors qu'elle n'avait pas à se sentir gênée, elle s'est contentée de baisser le nez et de retourner vaquer à ses occupations sans rien rétorquer. Que dire ? Honnêtement, j'ai toujours admiré les gens capables d'avoir la répartie cinglante (c'est malheureusement un art que je ne maîtrise pas le moins du monde... Généralement, LA répartie m'apparaît trois heures après, après avoir ressasser encore et encore la scène dans ma tête !). Répondre ? Prendre le risque de se brouiller avec un collègue qu'on voit tous les jours (et qui, je vous l'accorde, ne semble de toute façon pas très malin) ou passer pour la nana castratrice et sans humour ?

 

 

Quoi qu'il en soit, pour en avoir discuter ensuite avec elle, ma collègue sait qui elle est : ce n'est sans doute pas ce genre de petites phrases mesquines qui changeront sa personnalité et ses valeurs. Mais j'insiste en disant que c'est une attitude très masculine de se permettre ce genre de bons mots pas agréables pour deux sous et d'en tirer de la satisfaction (c'est toujours si drôle de faire rire sur le dos des autres...). Personnellement, je ne me suis jamais permise de dire à un homme (que je ne connais pas ou peu de surcroît) : "je parie que vous êtes infidèles comme tous les hommes !" ou encore "je suis prête à jurer que vous êtes une bille en cuisine et que vous ne savez pas faire grand chose de vos dix doigts à part boire de la bière devant un match de foot !", mais certains d'entre eux se le permettent pourtant bien volontiers. Ce n'est pourtant pas avec ce genre de préjugés vieux comme le monde que nous allons le faire évoluer (le monde).

 

 

feminisme-sleep-in-the-kitchen.jpg 

 

 

Et parce que nous sommes des femmes, il est clair que nous sommes aussi forcément vénales, en plus d'être nymphomanes... Alors que je demandais quelques heures après cet "épisode" à l'un de nos clients de régler une certaine somme, ce dernier de me répondre : "j'aurais dû me douter que vous finiriez par vous en prendre à mon portefeuille : il est clair que vous êtes vénales comme toutes les femmes". Ahah. Tout cela avec le plus grand des sérieux, je le précise. Si c'est pas désolant tout de même... Je me suis quand même permise de lui répondre, avec le sourire de rigueur, que cet argent ne partait pas dans ma poche (même si j'aimerai bien !) et que je ne fais qu'appliquer les règles en vigueur. Mais qu'il est désarmant de constater que tous ces préjugés ont la vie dure et qu'il existe toujours des esprits étriqués prêts à les colporter ! Il faut croire qu'hier, les cons s'étaient donnés rendez-vous pour une réunion au sommet...

 

 

 

feminisme-fuck-vaisselle.jpg

 

 

 

Je tiens à préciser que (et heureusement d'ailleurs car sinon je ne pourrai tout simplement plus faire ce métier), ce genre de comportements absurdes ne touche en moyenne que 5 % de notre clientèle. Il existe donc 95 % d'hommes courtois, respectueux et adorables qui redonneraient foi en l'homme à n'importe quelle femme. Alors pourquoi est-ce justement ces 5 % qui nous marquent autant ? Peut-être justement parce que nous sommes des femmes et que nous prêtons attention aux détails... (et un préjugé, un ! ;))

 

 

Plus sérieusement, vous me direz que ce ne sont que deux petites phrases venues de deux plaisantins qui avaient certainement mangé du lion ce jour-là et qui avaient une patate d'enfer. Sans doute. Mais c'était sans compter sur tous les autres, quotidiennement : ceux qui voient une invitation cachée derrière le moindre sourire (et je me dois de sourire : c'est écrit dans mon contrat !) et qui ne manquent pas de sortir la fameuse expression "femme qui sourit, femme à moitié dans ton lit !" (déjà c'est pas "sourit" mais "rit". Un conseil mec : revois tes classiques), ceux qui ne comprennent pas qu'on refuse d'aller boire un verre avec eux alors qu'ils viennent de nous couvrir de compliments ("non mais pour qui elle se prend cette pimbêche alors que je viens de passer vingt minutes à la flatter ?!"), ceux à qui on explique, gentiment mais fermement, que nous ne sommes pas célibataires et qui nous répondent "que ça ne les dérange pas le moins du monde et qu'on peut quand même se voir 'en tout bien tout honneur !'"... Et la liste, même si elle prête à sourire j'en ai conscience, est tout de même longue.

 

 

 

pub-axe.jpg

 

Pub Axe qui détient sans doute la palme du bon goût avec son slogan 

"Axe : plus t'es clean, moins elles le sont !"

 

 

 

Mais ceux que je préfère, sans doute les plus méprisants, sont ceux qui laissent entendre qu'une femme plutôt "agréable physiquement" et qui se retrouve à l'accueil d'une entreprise n'a forcément pas inventé la poudre (hé oui Mesdames, si vous l'ignoriez, on ne peut pas être jolie ET intelligente. Qu'espériez-vous voyons ?!).


 

 

une-femme-intelligente-cultivee-canon-et-pas-chiante.jpg

 

 

Ceux-là, j'avoue prendre un plaisir jouissif à les voir pâlir quand je leur rétorque que j'ai un Bac + 5 à mon bagage mais que la vie nous force parfois à prendre des chemins de traverse plutôt étonnants et que c'est une force que de pouvoir s'adapter à ces différents "revirements". Car non Messieurs, l'habit ne fait pas le moine.

 

 

 

filles-gentilles-paradis.jpg

 

 

 

Notre force à nous autres femmes, c'est d'être multiples : nous pouvons être belle, souriante, candide ET intelligente. Nous pouvons être forte, volontaire, courageuse ET indépendante financièrement (honnêtement, vous pensez vraiment que votre portefeuille est tout ce qui nous intéresse en 2012 ?). Nous pouvons aussi être jalouse, chiante ET capricieuse. Nous pouvons avoir un humour à toute épreuve mais être aussi susceptible. Tout comme vous pouvez être macho, puéril, agaçant et totalement immature... Alors il est peut-être temps d'enlever nos œillères et d'arrêter ces petites phrases toutes faites qui alimentent la bonne vieille guéguerre hommes/femmes que nous nous coltinons depuis la nuit des temps... C'était quoi déjà l'expression des hippies associée au symbole de la paix ? PEACE AND LOVE ? Hé bien parfois j'ai comme l'impression qu'on l'a un peu oublié en route...

 

 

 

Ah les hommes...

 


Il y aurait fort à dire et à écrire sur eux et il est probable

que l'on s’ennuierait ferme s'ils ne faisaient pas partie de notre monde...


Heureusement que nous les aimons

car sinon il serait si facile de leur en vouloir !


Mais laissons la dernière phrase à un homme

qui savait incontestablement de quoi il parlait... : 


 

 

"Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux.

 

 

On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui."

 

 

 

(Alfred de Musset – On ne badine pas avec l'amour)

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Psycho
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 20:24

 

 

Hello mes petits "chouchou-adoré-à-sa-maman" !

 

 

Vous l'avez peut-être vu tourner sur les réseaux sociaux aujourd'hui  (difficile de la rater il faut dire !) : je veux bien sûr parler de la désormais tristement célèbre publicité de la grande surface Géant Casino qui a somme toute une façon très personnelle de fêter bonne fête à toutes les mamans du monde... Je vous laisse "admirer" en image :

 

 

 

pub-fete-des-meres-geant-casino.jpg

 

 

 

Comment dire…

 

 

 

Non mais What The Fuck honnêtement ?!!! Après le presse-agrumes, le blender ou encore l'aspirateur, Casino en rajoute une couche sur les préjugés vieux comme le monde en nous rappelant qu'une maman, en dehors d'une cuisine ou d'une salle de bains en train de récurer et de suer sang et eau, ça n'a vraiment pas lieu d'être... Hallucinant ! ALLO GEANT CASINO : NOUS SOMMES EN 2012 ! LE MONDE CHANGE LÀ DEHORS ! (enfin, on essaie de le faire changer en tout cas...). J'imagine bien la tête de la maman à qui son bout de chou offrirait un rouleau d'essuie-tout ! (et pourquoi pas du PQ tant qu'on y est ?!). Certes, l'important est que ça vienne du cœur (vu le nombre de colliers de nouilles et de cadeaux moches-mais-faits-main-et-avec-amour qu'une maman accepte durant sa vie, ce n'est pas du liquide vaisselle qui pourrait entamer son moral d'acier). Mais quand même, drôle "d'humour"...

 

 

J’oscille sincèrement entre rires et larmes tant j'ai du mal à croire que des publicitaires et des "marketeux" puissent se dire, en 2012, en pleine conférence de rédaction : "Hey les mecs, j'ai eu une idée TOP DE CHEZ TOP ce matin pour notre catalogue promotionnel en mangeant mes céréales. Un éclair de génie, une idée qui va révolutionner le pouvoir d'achat français et booster les ventes de la boîte : vous êtes prêts à entendre cette idée de foufou tellement folle que vous n'en croirez jamais vos oreilles ? On va faire une sélection de cadeaux pour la fête des mères mais on ne va pas y mettre des trucs sympas. C'est SO surfait... Non, à la place, on va sélectionner des articles utiles qui rappelleront bien aux femmes quelle est leur place attitrée dans la société, des fois qu'elles l'oublieraient ! Le bon petit panier de la ménagère d'aujourd'hui quoi, celui que ce doit de posséder toute femme qui se respecte !".

 

 

C'est comment l'expression déjà ? Ah oui : "Un pas en avant, deux en arrière" c'est ça ? Non mais Mort de LOL, vraiment. Je disais dans cet article que nous avions encore des progrès à faire dans de nombreux domaines mais je ne croyais pas si bien dire... Certains prétendent que cette image serait un montage mais si c'est le cas, Géant Casino ne devrait pas tarder à s'exprimer sur le sujet...



En attendant, bonne fête à toutes les mamans qui rendent chaque jour notre vie plus belle, en espérant que vous ayez été (vraiment) gâtées !

 


Une chose est sûre : si je deviens un jour la femme qu'est ma mère, je serai heureuse et fière...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Tendance
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:30

 

 

Hello mes petits enjoliveurs argentés ! 

 

 

Vous connaissez probablement tous les clichés bien connus sur les femmes et la mécanique : la nana incapable de changer une roue sans se casser un ongle, qui galère à faire une vidange et qui ne sait jamais quel est le souci quand sa voiture commence à bugger. J'avoue tout (honte inside !) : JE SUIS CE CLICHE AMBULANT. Traduction : je suis une vraie quiche pour tout ce qui touche à la mécanique. Si si, il faut savoir être honnête avec soi-même de temps en temps. Le truc, c'est que j'assume (en tout cas j'essaie !) : je sais mettre de l'essence (n'exagérons rien tout de même !), gonfler mes pneus (et encore, depuis peu), remettre du lave-glace dans le réservoir (avouez : vous êtes impressionnés) et... ça s'arrête là (et c'est déjà bien non... ? Ah non ? ZUT). Quand j'ai acheté ma petite voiture chérie, ma mère – consciente des handicaps que sa fille cumule en la matière  m'a tout de suite acheté une croix. Vous savez, ce truc-là :


 

 

cle-croix.jpg

 

 

Ma réaction fut sans appel : "Mais qu'est-ce-que tu veux que je fasse de ce truc-là au juste ?!!!". Paraît-il (c'est en tout cas ce qu'on dit) que c'est l'élément à avoir dans son coffre en cas de crevaison (une roue de secours, ça peut être bien aussi à ce que j'ai entendu dire ;)). Toujours est-il que même si j'arrivais à enlever la roue après moults efforts, l'histoire ne dit pas si j'arriverai à en mettre une autre... (Allez-y, moquez-vous !). Ma mamounette - qui n'a rien perdu de sa foi en l'humanité - m'assure que je trouverai toujours une bonne âme pour me filer un coup de main en cas de problèmes. Mouais. Sur une autoroute à 2h du matin, laissez-moi vous dire que j'ai quelques doutes. Bref, vous comprenez l'idée je pense : même si j'adore ma Tuture et que j'en prends le plus grand soin possible, je suis une buse en mécanique, la vraie de vraie, celle qui ne fait pas semblant et qui n'exagère même pas. Et bien sûr, j'admire les filles qui sont tout mon inverse et qui maîtrisent ce qui se passe sous le capot (mais pourquoi j'ai pas fait un BEP Mécanique moi ?).

 

 

 

capot-voiture.jpg

 

Non mais honnêtement... WTF ?!!

Un livre en chinois mandarin serait ouvert devant moi que ça ne me semblerait pas plus clair...

 

 

 

J'aime à croire malgré tout que malgré mes deux mains gauches, si on m'expliquait posément les gestes de base à adopter pour contrôler l'état de ma voiture, je saurais m'en sortir toute seule (comment ça "l'espoir fait vivre !" ?). Mais je n'ai point d'hommes sous la main et mes copines en sont à peu près au même niveau de nullité que moi (ce qui rassure un chouïa mais fait un peu peur aussi : rassurez-moi, ça ne viendrait pas de nos chromosomes XX quand même ?!). Du coup, quand ma voiture a commencé à faire un bruit très suspect il y a quelques semaines, j'ai d'abord fait la sourde oreille (on peut rêver, des fois que le bruit serait reparti aussi vite qu'il est arrivé...). Sauf que évidemment, avec ma poisse légendaire, le bruit est subitement passé de "vague petit couinement" à "crissement intempestif" (pour vous donner une idée, on pourrait croire qu'une souris s'amuse à faire la roue à proximité de mon moteur et s'en donne à cœur joie). Difficile de ne pas y voir un appel au secours de ma pauvre petite Twingo...

 

 

twingo.jpg

 

 

C'est donc à reculons que j'ai passé ce matin (à 8h. Alors que je suis de repos. Faut-y pas que je l'aime cette petite voiture...) la porte du lieu qui me donne le plus de sueur froide au monde : le garage (pour certains, c'est le dentiste , pour moi, c'est le garage : chacun ses frayeurs !). Là, trois paires d'yeux (masculins les yeux, détail qui a son importance) m'ont dévisagé comme si j'étais une apparition descendue tout droit de Mars (une femme dans un garage en 2012, c'est aussi surprenant que ça honnêtement ?). J'ai réussi à bredouiller vaguement mon problème, non pas sans susciter les regards compatissants de rigueur (et franchement, je ne suis pas parano). "Non mais la pauvre, on voit bien qu'elle y connaît VRAIMENT rien. Ça sent le bon pigeon à plein nez ça, les mecs on va se marrer un coup !". Youhou, c'est la fête du slip.

 


 

garage.jpg

 

 

 

J'explique donc que ma voiture fait un bruit suspect et plutôt très agaçant depuis quelques temps mais malheureusement (ou heureusement : allez savoir), pas tout le temps, qu'il m'arrive aussi (rarement) de rouler sans bruit et donc sans problème apparent (ce qui ne veut pas dire non plus qu'il n'y a pas de problème même si J'AIMERAIS BIEN). Que ça se produit la plupart du temps quand elle est chaude mais que c'est aussi arrivé (rarement) au démarrage. Que ça arrive surtout quand j'accélère et que je tourne. Que le bruit est parfois saccadé mais qu'il peut aussi être continu et très strident. Que ce n'est peut-être pas grand chose mais que je m'inquiète quand même...

 

 

Goguenard, le type me répond que ça va être facile de trouver la cause du souci avec des explications aussi précises (vas-y paie-toi ma tête mec, c'est gratuit ! Tu veux pas que je fasse le boulot à ta place aussi ? Crois-moi, si je le pouvais je le ferais volontiers : ça me coûterait sûrement moins cher...). J'en profite pour lui demander de vérifier l'état de ma courroie de distribution que je dois normalement changer cette année. Réponse de l'intéressé : "Non mais ma petite dame, c'est pas possible ce que vous me demandez ! Pour avoir accès à la courroie, il faut démonter le moteur et ça-c'est-pas-possible : pourquoi vous pensez que tant de courroies pètent sans prévenir justement ?!". Ahhhh, c'était donc ça ! Excuse-moi Paulo, je l'avais en effet souligné dans mon manuel des "50 trucs qu'une quiche doit savoir en mécanique" mais ça m'était (déjà) sorti de la tête ! Dans cette ambiance de franche camaraderie, je laisse ma voiture, non sans inquiétude. Bon, je ne doute pas de la compétence de ces messieurs - je tiens à le préciser -, bien au contraire, mais je sens que mon problème n'est pas vraiment considérée avec sérieux (et pourtant, pour que je me décide à franchir la porte d'un garage en sachant que je vais y laisser ET un rein ET un bras, c'est vraiment que je m'inquiète...).

 

 

Pas même une demi-heure plus tard, le garagiste me rappelle. Selon lui, le problème vient de mes plaquettes de freins qui sont HS. Le forfait coûte la modique somme de 300 euros (WTF x10000). Bon s'il faut vraiment les changer, ça ne sert à rien de grogner de toute façon (même si la pilule à du mal à passer, surtout en début de mois alors que la paie vient juste de tomber !). Puis je réfléchis deux secondes avec ma petite tête : le bruit survenait quand j'accélérais, PAS quand je freinais. Des plaquettes de freins peuvent-elles couiner quand on accélère ? Mon ignorance en mécanique me perdra mais je ne suis pas rassurée DU TOUT, loin de là...

 

 

J'espère qu'avec ma tête de fille ignare à qui on peut faire gober n'importe quoi, je ne suis pas en train de me faire arnaquer "à la vas-y comme j'te pousse" ! Réponse au prochain épisode... Si ma voiture continue à couiner alors que je viens de lâcher 300 euros, je lui fais bouffer ma courroie de distribution (même si je dois aller la chercher moi-même), doublée de ma courroie d'alternateur, le tout arrosé d'un peu d'huile de vidange. Non mais. C'est pas parce qu'il y a écrit "Fille nulle en mécanique" sur mon front qu'il faut en profiter... Note pour plus tard : épousez un mécanicien (au choix : Olivier, Kevin ou Mathieu de Carglasse) de telle sorte que je n'aurai plus JAMAIS besoin de mettre les pieds dans un garage ! (jour béni que celui-là...).

 


 

mecaniciens

 

 

 

Vous l'aurez compris je pense : la mécanique et moi,

c'est une grande histoire d'amour...

 


 

 

Et vous mes petits enjoliveurs argentés, des petites anecdotes de garage

à partager avec moi ?


Do you have le gêne de la mécanique ?

(si oui, merci de ne pas trop vous vanter quand même ;))


Rassurez-moi ! (ou pas d'ailleurs...)

 

 


* Edit : Je suis médisante et je fais ici mon mea culpa ! Il s'avère en effet que le monsieur qui m'a un peu pris de haut ce matin est en fait le patron du garage (traduction : celui qui normalement ne met plus les mains dans le cambouis). J'ai parlé ce soir au mécano qui s'est occupé de ma voiture (mon futur époux ?!) et le problème venait bien de mes plaquettes. Les disques étaient complètement usés, d'où le couinement incessant et pas uniquement en freinant. Je sais même désormais que des plaquettes se changent tous les 20 000 km (je me coucherai moins idiote en mécanique ce soir, hourra tout arrive !). Mon portefeuille s'est bien délesté (aïe...) mais ma voiture est comme neuve (quel plaisir de retrouver une conduite "silencieuse", pourvu que ça dure !) et le mécano m'a même proposé de me faire ma révision de pré-contrôle technique gratuitement, comme quoi je n'aurais pas tout perdu aujourd'hui ! Je continue de penser que certains garagistes prennent les femmes pour des quiches et en profitent largement mais je suis enchantée de constater que ce n'est pas toujours le cas. Comme quoi, mon ignorance et moi, nous avons parlé trop vite !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Psycho
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 17:04

 


Hello mes petits coffee addict !

 

 

Je craque, je craque, je craque ! La nouvelle est tombée il y a quelques jours : Starbucks, la célèbre chaîne de cafés, se lance à l'assaut de la grande distribution. Traduction : quand je me promènerai dans les allées du supermarché, la tentation sera PARTOUT ! Jusqu'à présent, c'était assez ciblé : il fallait qu'on me traîne (totalement contre ma volonté, vous pensez bien) dans un Starbucks sur Paris ou dans un centre commercial pour que je cède (à l'insu total de mon plein gré je le précise !).

 

 

 

logo-starbucks.png

 

 

Mais là, qu'est-ce que je vais devenir ?! Il me suffira de faire simplement mes courses au Monop' ou au Carrefour du coin pour me retrouver face à la tentation suprême : les "Frappuccinos", ces boissons au lait frappé et au café qui sont justes  dé-li-cieu-ses et dont je raffole. Dur dur...

 

 

 

frappuccino-starbucks-grande-distribution.jpg

 

 

 

Le but (j'imagine en tout cas) : faire connaître Starbucks par la petite porte et convaincre les nouveaux consommateurs de passer la porte d'un salon (qui pour le moment ne sont situés qu'à Paris, Marseille et Lyon : plutôt réducteurs...). Mais toutefois, estimez-vous heureux de vous tenir si loin de l'envie suprême ! Si si, je vous promets : le jour où j'ai mis les pieds dans un Starbucks pour la première fois, je suis devenue addict ET à leurs salons, ET à leurs cafés, ET à leurs pâtisseries. Une vraie drogue !). Perso, je trouve le packaging de ce "nouveau" produit vraiment canon : ces petites bouteilles en verre au design élégant me font plutôt de l’œil pour le moment... ("achète-nous, achète-nous !").

 

 

Bon, là où ça coince (hé oui, je suis addict  certes mais il me reste toujours quelques neurones), c'est au niveau du prix : entre 2,15 et 2,60 euros la petite bouteille de 25 cl avec seulement trois goûts pour commencer : Café, Mocha et Vanille (et mon caramel ? NON MAIS !). Un peu chéros  quand même (mais finalement pas plus qu'en boutique Starbucks, il faut l'avouer...).

 

 

Personnellement, je goûterai une fois pour voir (et je vous ferai une petite review  ici pour vous faire part de mon expérience) mais tout se jouera sur le goût. Car si je ne retrouve pas ce que j'aime dans ce produit et qu'il ne s'agit que d'un article de plus sur le marché du café froid, je ne renouvellerai pas l'expérience. Mais je continuerai à me rendre dans les Starbucks, ne serait-ce que pour les Caramel Macchiato qui déchirent tout et surtout pour les Cinnamon Rolls (les roulés à la cannelle) pour lesquels je me damnerai littéralement (comment ça je suis gourmande ? Mais quelle drôle d'idée !).

 

 

 

caramel-macchiato.jpg

 

 

 


cinnamon-roll-starbucks.jpg

© Adriennf Flickr

 


 

Et vous, le Starbucks à portée de caddie, ça vous tente ?

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Gourmandises !
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 13:28

 

 

Hello mes petits nostalgiques ! 

 

 

Aujourd'hui, petit billet d'humeur rien que pour vous (parce que ça faisait longtemps et que mine de rien ça commençait à me manquer ;))

 

 

"Franchement, c'était mieux avant !". Cette phrase, nous l'avons tous déjà prononcé et affirmé avec verve en moultes circonstances (si si, même toi là-bas, caché derrière ton écran !). Mais à bien y réfléchir, tout était-il vraiment mieux avant ? Cet "avant" que, généralement, nous n'avons pas connu (sauf si vous avez trouvé la Fontaine de Jouvence et que vous vivez déjà votre troisième millénaire) et sur lequel nous fantasmons pourtant grâce aux souvenirs des autres générations. Mais vraiment, vraiment ? Tout était mieux avant ? Vous y mettriez votre main au feu ? C'est en tout cas la question que pose la station de radio Le Mouv' via sa nouvelle campagne de pub. Et la réponse est plutôt sans appel : NON, tout n'était visiblement pas mieux avant. Vous voulez des preuves ?! Constatez par vous-même :


 

campagne-de-pub-le-mouv-huile-foie-de-morue.jpg

 

 

campagne-de-pub-le-mouv-jeux-videos.jpg

 

 

campagne-de-pub-le-mouv-vote-des-femmes.jpg

 

 

campagne-de-pub-le-mouv-mur-de-berlin.jpg

 

 

 

Cette campagne de pub choc que je trouve particulièrement intelligente et qu'on peut par exemple apercevoir dans le métro parisien a fait couler beaucoup d'encre dernièrement et a même déclenché une belle polémique. Et pour cause : la régie publicitaire de la RATP, Métrobus, a censuré une des affiches prévues pour l'occasion. Et pas des moindres... (pour ne pas dire la plus parlante) :

 

 

 

campagne-de-pub-le-mouv-polemique.jpg


"Nous n'irons pas à l'école avec des nègres"

 


Raison officielle invoquée ? L'affiche risquerait d'être prise au premier degré par certains usagers. Il n'en fallait pas plus pour soulever les foules qui sont restées perplexes face à cette décision plutôt arbitraire... Sous prétexte que certaines personnes sont obtus et ont un cerveau bloqué à l'âge de pierre, alors il vaudrait mieux censurer une image qui illustre pourtant parfaitement l'idée de base ? Etrange logique. Car non, définitivement non, tout n'était pas mieux avant (n'en déplaisent à certains) et notre présent véhicule des valeurs qui ont gagné à prendre de la bouteille (et de moins belles aussi mais c'est un autre débat... Il n'y a malheureusement pas de fumée sans feu et Rome ne s'est pas faîte en un jour).

 

 

C'est réellement dommage : la campagne est intelligente et bien montée, les images en noir et blanc en appel vraiment à une nostalgie du passé et en imposent. J'aime particulièrement l'angle d'attaque qui se veut à la fois humoristique et léger (l'huile de foie de morue ? Mais WTF ? Qui pourrait réellement regretter une chose pareille ?!) mais aussi plus grave et donc forcément plus dérangeant. Puis une fois de plus, n'est-ce pas le rôle des outils de communication de provoquer des réactions, quelles qu'elles soient ?

 

 

Voici donc le monde dans lequel nous vivons actuellement : un monde où, au lieu de chercher à faire évoluer les mentalités, on prend plutôt le parti de censurer arbitrairement ce qui peut paraître subversif dans le but de "ne pas faire d'histoire" (c'est plutôt raté d'ailleurs). Comme quoi : si tout n'était pas mieux avant, nous avons encore des progrès à faire aujourd'hui...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Culture
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 14:15

 

 

Hello mes petits cinéphiles !

 

 

Ahhh l'amour ! On a beau dire, il fait tourner le monde... Même si je passe une grande partie de mon temps à fustiger l'amour, le romantisme et les couples mièvres qui se bécotent sur les bancs publics (bancs publics, bancs publics ) il faut bien avouer qu'on est cerné. TOUT, absolument tout dans notre société semble s'évertuer à nous rappeler ce que nous loupons en ne faisant pas partie de la GCCH (vous savez : la Grande Congrégation des Couples Heureux). Tout, à commencer par le 7e art.

 

 

Alors j'ai bien conscience que ce qui suit risque de briser à tout jamais ma réputation et va me faire passer pour une vraie fille (mièvre, romantique, qui aime le rose, les paillettes et tout ça. Mais tant pis, j'assume !). Et parfois, je reconnais qu'il m'en faut vraiment peu. Je ne sais pas si le fait d'avoir regardé Titanic pour la millième fois il y a quelques semaines a quelque chose à voir là-dedans mais j'ai subitement eu envie d'écrire un papier sur ces passages de films, d'hier à aujourd'hui, qui me donnent envie de traverser l'écran et de voler prendre la place de l'héroïne. Quoi ?! Il n'y a pas de mal à rêver tant qu'on garde les pieds sur Terre ;) Vous me suivez ?

 

 

chut-je-reve.jpg

 

 

Je prendrais bien la place de... Kate Winslet dans "Titanic"


 

titanic-jack-et-rose.jpg

 

« Si tu sautes moi je saute, pas vrai ? »

 

...


« Vous avez un don Jack. Vous savez voir les gens. »

« Je vous vois... »

 

 

J'en parlais plus haut alors forcément, un petit hommage s'impose ! Un paquebot majestueux, deux héros que tout oppose mais qui vont prouver au monde entier que l'amour est plus fort que les différences et surtout un Jack Dawson absolument magnifique (ahhh Leonardo dans sa jeunesse, c'était quelque chose quand même...) et nous voilà devant l'un des plus grands succès de l'histoire du cinéma...

 

 

LA scène : le premier baiser de Jack et Rose à l'avant du paquebot... Ahlala... C'est beau l'amour... (même si dans leur cas, ce fut plutôt bref)

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Demi Moore dans "Ghost"

 


 

ghost.jpg

 

« Je t'aime... »

« Idem »

 

Ufilm intemporel. Un Patrick Swayze superbe et une Demi Moore au sommet de son art, deux amoureux séparés par la mort alors que leur vie s'annonçait merveilleuse... Heureusement que l'irrésistible Whoopy Goldberg va leur permettre de se réunir une ultime fois !

 

 

LA scène : celle à laquelle tout le monde pense en se remémorant ce film mythique, la scène de la poterie bien sûr ! Un moment qui transpire l'érotisme, le tout sous fond musical des Righteous Brothers... Juste magique.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Jennifer Grey dans "Dirty Dancing"

 

 

 

dirty-dancing.jpg

 

 

 

dirty-dancing-bebe-johnny.jpg

 

« On laisse pas bébé dans un coin »

 

 

Ne me jetez pas des tomates mais qui dit "filles" dit forcément "Dirty Dancing". Impossible de passer à côté de ce film qui est évidemment l'un de mes préférés... Patrick Swayze est à mes yeux l'un des meilleurs acteurs qui ait été et ce film est et restera incontournable, celui qu'on se passe et qu'on continuera de se passer de générations en générations de filles ! Petit pincement au cœur d'ailleurs en pensant à l'hôtel qui a hébergé le film et qui a subi un incendie dévastateur il y a quelques jours... Retenons nos larmes mais nous ne pourrons plus jamais nous rendre sur les lieux de ce tournage mythique et ça c'est bien chiant ! (bà oui, chacun ses rêves !).

 

 

LA scène : aucun doute possible, il s'agit bien sûr de la danse finale entre nos deux héros ! Une "Bébé" sublime, un Johnny sexy à souhait tout de noir vêtu et un ténébreux "On laisse pas Bébé dans un coin" qui ferait frissonner n'importe qui... Plus jeune, ce film m'a donné envie d'apprendre le mambo et de connaître la chorégraphie par cœur... C'est dire !

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Julia Roberts dans "Pretty Woman"

 

 

 

pretty-woman.jpg

 

« Vous êtes en retard. »

« Vous êtes stupéfiantes. »

« Vous êtes pardonné ! »

 

 

Non non, qu'on s'entende bien, faire le trottoir n'est pas un des rêves fous que je voudrais voir se réaliser dans ma vie. Mais vivre une histoire à la Pretty Woman, trouver son epic love et devenir en plus la princesse qu'on devrait toutes être (oui oui !), ça fait forcément rêver... (et si en plus on peut avoir Richard Gere à notre bras, on ne va pas cracher dessus non plus).

 

 

LA scène : j'aurais volontiers choisi celle où Vivianne dévalise les boutiques de Rodéo Drive mais je sens que je m'éloigne de ma quête de l'amour ;) Pour moi, ce sera donc la scène de l'opéra : une robe divine, un Richard Gere plein de surprises, un jet privé qui les attend pour les emmener dans un lieu inconnu et une soirée splendide à l'opéra... Culte.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Kate Beckinsale dans "Pearl Harbor"

 


 

pearl-harbor-danny-evelyn.jpg 

 

 

pear-harbor-parachutes.jpg

 

 

danny-evelyn-pearl-harbor.jpg

 

« J'ai le cœur qui va éclater... » 

 

 

J'ai longtemps détesté Kate Beckinsale : non mais franchement, cette nana est si sublime qu'elle en est agaçante ! Mais le jour où, dans le même film, elle a eu à la fois Ben Affleck et Josh Hartnett, elle a clairement dépassé les bornes. Depuis, la guerre est déclarée ! Plus sérieusement, "Pearl Harbor" est tout simplement à tomber : deux amis d'enfance unis comme des frères, une rivalité amoureuse qui va les séparer malgré eux, tout cela sur fond de seconde guerre mondiale avec une BO absolument sublime... Un grand moment de cinéma.

 

 

LA scène : une des plus belles à mes yeux et de loin. Au coucher du soleil, Danny emmène Evelyn faire un tour d'avion de chasse au-dessus de la baie de Pearl Harbor... (annonce : celui qui me fait un truc pareil, je l'épouse dans la seconde !). Après le vol, elle court se cacher dans les parachutes où il finit par la rejoindre. Un moment juste magique.


 

 

Je prendrais bien la place de... Reese Whiterspoon dans Sexe Intentions

 


 

sexe-intentions.jpg

 

 

sexe-intentions-escalator.jpg

 

« Je suis impressionnée ! »

« Et moi je suis amoureux... »

 

 

Je suis une GRANDE fan des Liaisons Dangereuses de Laclos. On pourrait donc croire que cette réécriture plus que libre ne m'aurait pas forcément plu. Hé bien faux ! J'adore Sexe Intentions et sa version on ne peut plus moderne. Sarah Michelle Gellar est géniale dans son rôle de peste et le couple Sebastien Valmont/Annette Hargrove fonctionne à merveille.

 

 

LA scène : sans hésitation celle de l'escalator. Qui n'a jamais rêvé grâce à ce film de trouver (le sexy) Ryan Phillippe nous attendre en haut d'un escalator en pleine gare, nous déclarant son amour ? C'est de loin l'une des scènes les plus romantiques du cinéma et la chanson des Couting Crows y est certainement pour quelque chose... L'accord parfait.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Keira Knightley dans "Orgueil et Préjugés"


 

 

orgueil-et-prejuges-bal.png 

 

 

orgueil-et-prejuges-demande-en-mariage.png

 

 

orgueil-et-prejuges.png

 

« Je vous aime...

D'un amour ardent.

Voudriez-vous me faire l'honneur d'accepter ma main ? »

 

 

L'époque, les costumes, les décors majestueux et bien sûr, l'incroyable Mr. Darcy... Tout dans ce film que j'ai bien dû voir une cinquantaine de fois me transporte ! Et surtout l'incroyable amour entre Elizabeth et Mr. Darcy qui n'aurait jamais pu voir le jour si tous deux n'avaient pas faits fi de leur orgueil et de leurs préjugés pour constater qu'ils avaient bien plus en commun qu'il ne semblait...


 

LA scène : un jour de pluie, Mr. Darcy s'élance à la poursuite de Lizzie. Dans un élan de passion, il la demande en mariage. Une scène sublime de romantisme.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Juliette Binoche dans "Le Chocolat"

 

 

 

le-chocolat-affiche.jpg

 

 

le-chocolat-film.jpg

 

 

 

Une France puritaine dans les années 60 et une femme qui décide de donner un coup de pied dans la fourmilière en ouvrant sa chocolaterie à deux pas de l'église, il n'en faut pas plus pour me plaire ! Ah si, peut-être une petite chose et pas des moindres... le magnifique Johnny Depp (plus charmant que jamais dans ce film) qui va la soutenir face à ses détracteurs et l'aider à faire évoluer les mentalités.

 

 

LA scène : la nuit d'amour entre Roux et Vianne sur le bateau qui vogue sur les flots... Beau, simple et romantique.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Jennifer Garner dans "30 ans sinon rien"

 


 

30-ans-sinon-rien-danse.jpg 

 

 

30-ans-sinon-rien-mariage.png

 

 

30-ans-sinon-rien-maison.png

 

« Tu veux que je te dise un secret ?

T'es le plus gentil garçon du monde »

 

...

 

« Je t'aime Matt. Tu es mon meilleur ami. »

« Tu sais Jenna, je t'ai toujours aimé. Toujours... »

 

 

Bien que ultra mièvre sur le papier (une ado de 13 ans fait le vœu d'avoir 30 ans et d'être sexy et épanouie le jour de son anniversaire et se réveille effectivement dans la peau d'une trentenaire !), ce film est cute, cute, cute. Et on ne va pas se mentir, Mark Ruffalo (que j'adore et qui a, je trouve, un charme fou), y est sans doute pour beaucoup !

 

 

LA scène : dur dur d'en choisir une seule ! Entre danse romantique, bataille de sauts de balançoires comme s'ils avaient encore 13 ans et happy end de mise, difficile de faire un choix et encore plus de ne pas être émerveillée par ce joli "conte de fée"...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Claire Danes dans "Roméo + Juliet"

 

 

 

romeo-juliette-affiche.jpg

 

 

 

romeo-et-juliet.jpg

 

« Mon unique amour a jailli de mon unique haine.

Je l'ai connu trop tard et vu trop tôt sans le connaître vraiment.

Prodigieux amour auquel je viens de naître et qui m'impose d'aimer un ennemi détesté... »

 

 

Roméo et Juliette est depuis toujours l'un de mes livres préférés. Autant dire que le jour où j'ai appris qu'une adaptation était prévue avec Leonardo Di Caprio, j'ai plutôt sauté de joie ! La première fois que je l'ai vu, j'ai été pour le moins étonnée : un Roméo et Juliette qui reprend mot pour mot la langue de Shakespeare mais qui donne à ses acteurs flingues et grosses voitures américaines, ce n'est pas si commun... Aujourd'hui, c'est pourtant l'un de mes films préférés.

 

 

LA scène : le coup de foudre entre Roméo et Juliette lorsqu'ils s'observent à la dérobée et se découvrent à travers un aquarium... Leur émoi est si puissant que les paroles ne sont pas nécessaires. Splendide.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Amanda Seyfried dans "Cher John"


 

 

cher-john-baiser-sous-la-pluie.jpg 

 

 

cher-john.jpg

 

 

cher-john-savannah-john.png

 

« Cher John.

Deux semaines : voici le temps qu'il m'a fallu pour tomber amoureuse de toi.

Nous allons être séparés pendant un an à présent.

Mais qu'est-ce qu'un an après tous ces moments passés dans tes bras ? »

 

 

Deux semaines, c'est ce qu'il faut pour qu'un mec sexy et beau comme un dieu (Channing Tatum) tombe amoureux d'une jolie blonde (Amanda Seyfried). Sauf que le beau mâle en question est militaire et encore engagé pour un an... Mais qu'est-ce qu'un an quand on s'aime autant ?

 

 

LA scène : une pluie diluvienne, un mec sexy (toujours le même !) et un endroit isolé... Il n'en faut pas plus pour donner des idées à nos deux héros. Une scène magnifique qu'on ne peut pas s'empêcher d'observer en soupirant (bà oui, je suis là moi aussi Channing !).

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Renée Zellweger dans "Bridget Jones"


 

 

bridget-jones-marc-darcy.jpg


 

 bridget-jones-colin-firth.jpg

 

 

« Attendez. Je ne vous prends pas pour une demeurée... Je ne prétends pas nier qu'il y a une certaine part de ridicule en vous. Votre mère est assez étonnante et vous êtes d'une nullité incroyable quand il s'agit de parler en public. Je reconnais que j'ai été d'une grossièreté impardonnable à la Dinde au curry ... et je portais un pull-over à tête de cerf dont ma mère m'avait fait cadeau la veille ... mais … ce que je m'efforce de vous dire, d'une manière très confuse ... c'est que... malgré ce que les apparences peuvent laisser croire, c'est un fait : je vous aime beaucoup "


" Oh ! Mise à part que j'aie une mère pas sortable, que je bois comme un trou et que je souffre de diarrhée verbale... »

 

" Non, je veux dire que je vous aime beaucoup. Telle que vous êtes. "

 

 

Décidément, c'est un fait, tous les Darcy me font rêver ! Si Daniel Cleaver était un pauvre type, Bridget a vraiment tiré le gros lot avec Marc Darcy. Charmant, bien élevé et fidèle, que peut-on vouloir de plus ?

 

 

LA scène : celle où Marc Darcy se déclare à elle, lui révélant que malgré ses innombrables défauts, il "l'aime telle qu'elle est". Je n'y peux rien, chaque fois que j'entends cette réplique, mon cœur manque un battement...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Ellen Page dans "Juno"

 

 

 

juno-surprise-bleek.png 

 

 

juno-tic-tac-bleek.png

 

 

juno-bleeker.jpg

 

"Tu sais bientôt, je vais commencer à ressembler à une bonne grosse dondon alors... Tu trouveras toujours que je suis mignonne quand j'aurai pris 15 kilos ?"

"J'te trouve mignonne depuis qu'on se connaît. J'te trouve belle en fait..."

 

...

 

"C'est toi qui as mis 150 trucs de Tit-Tac dans ma boîte aux lettres ?"

"Euh ouais, ouais, j'avoue c'est moi !"

"Pourquoi ?!"

"Bà parce que t'aimes ça ! Et puis des bonbons qui rafraîchissent l'haleine pour seulement 2 kalories t'en as jamais assez. Alors voilà..."

"Ouais merci. En tout cas là j'suis blindé jusqu'à la fac question Tic-Tac ! 

"Tu sais j'pensais à un truc là... J'suis désolée d'avoir été aussi méchante avec toi c'était injuste."

"Ouais c'est pas grave, c'est cool t'inquiètes."

"Et sinon... J'crois que j'suis amoureuse de toi."

"Comme pote tu veux dire ?"

"Non, comme amoureuse quoi ! J'trouve que t'es genre le garçon le plus gentil que j'ai jamais vue et puis on voit que tu te forces pas, c'est naturel genre !"

"Bà si, en fait j'fais de grands efforts !"

"Et puis t'es intelligent et t'as rien à voir avec les autres. toi tu regardes pas tout le temps mon ventre, tu me regardes bien en face et ce qui est incroyable c'est que quand j'te vois, le bébé donne des grands coups de pieds dans tous les sens. Et ça j'crois que c'est parce que j'ai le coeur qui bat à cent à l'heure chaque fois que j'te vois..." 

 

 


Étonnant hein ? Pourtant, tout me séduit chez Juno : sa personnalité atypique et décalée, sa famille étrange mais aimante et qui a le mérite de la soutenir dans toutes ses galères (particulièrement son père qui me tire une larme chaque fois qu'il lui dit qu'elle reviendra dans cette maternité un jour mais parce qu'elle l'aura décidé cette fois-ci) et (bien sûr), sa relation avec Bleek, l'ami d'enfance adorable dont elle tombe enceinte.

 

 

LA scène : celle où Juno remplit en pleine nuit la boite aux lettres de Bleek de centaines de boîtes de bonbons tic-tac (son pêché mignon !) pour lui révéler son amour... Touchant.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Rachel McAdams dans

"N'oublie Jamais" (The Notebook)

 

 

 

n-oublie-jamais.jpg

 

 

noublie-jamais-ryan-gosling-et-rachel-mcadams.jpg

 

 

« Pourquoi tu ne m'as pas écrit ? Pourquoi ? C'était pas fini pour moi.

Je t'ai attendu pendant sept longues années.

Et maintenant c'est trop tard. »

« Je t'ai écrit 365 lettres. Une par jour pendant un an... »

« Tu m'as écrit ? »

« Oui. Ce n'était pas fini. Et ça ne l'est toujours pas. »

 

 

Allie et Noah, c'est le genre d'histoire d'amour qu'on rêve tous de vivre, unique et dévastatrice. Un amour de vacances magnifique mais des différences sociales qu'ils ne peuvent pas surmonter et qui les séparera... Mais peut-on vraiment empêcher un véritable amour ?

 

 

LA scène : TOUT LE FILM ! Mais surtout celle où ils s'allongent tous les deux au milieu de la route et celle où ils se retrouvent sous la pluie et où il lui dit qu'il n'a jamais cessé de l'aimer...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Mandy Moore dans "Le Temps d'un Automne"


(A walk to remember)

 

 

le-temps-dun-automne.jpg

 

« J'ai peur surtout de ne plus être avec toi... »

 

...

 

« Tu m'aimes ? »

« Bien sûr »

« Veux-tu faire quelque chose pour moi alors ? »

« T'as qu'à le dire ! »

« Veux-tu m'épouser ? »

 

 

Je pense que vous l'aurez compris : les livres de Nicholas Sparks et leurs adaptations cinématographiques, c'est mon truc ! (même si c'est rarement bien joué et très très clichés mais bon, je veux bien faire fi de tout ça au nom de l'amoûûûr !). Le Temps d'un automne ne change pas la donne : deux personnages que tout oppose mais qui vont quand même tomber amoureux... Sauf que Jamie est atteinte d'une leucémie et que ses jours sont comptés. Landon va alors tout faire pour réaliser la liste de rêves de la jeune fille et faire de ses derniers instants un pur bonheur...

 

 

LA scène : celle où Landon offre à Jamie un cadeau inestimable : une étoile à son nom. Argh, le summum en matière de romantisme pour moi qui en rêve également...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Winona Ryder dans

"Edward aux mains d'argent"

 

 

 

kim-et-edward-aux-mains-dargent.jpg

 

 

kim-edward-aux-mains-dargent.jpg

 

« Serre-moi... J'peux pas. »

 

 

Je suis une IMMENSE fan de Tim Burton. Et le film le plus beau, le plus magique, le plus féerique, le plus magnifique (bref, je pense que vous m'avez compris) de Burton est bien Edward aux mains d'argent (en tout cas pour moi !). Quoi de plus magnifique que l'histoire d'amour impossible entre Kim et Edward ? Rien à faire, je redeviens une petite fille chaque fois que je regarde ce conte enchanté...

 

 

LA scène : celle où Edward fait tomber la neige en sculptant la glace pour Kim, le moment où leur amour atteint enfin son paroxysme... Sublime.

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Romola Garai dans "Dirty Dancing 2"

 


 

dirty-dancing-2-danse.png 

 

 

dirty-dancing-2.png

 

 

Ne vous y trompez pas : le seul point commun entre Dirty Dancing et Dirty Dancing 2, c'est le titre ! La Havane dans les années 60 sur fond de révolution, une américaine pétée de thunes qui emménage à Cuba avec ses parents et qui tombe amoureuse de Javier (un des serveurs de l'hôtel), un concours de danse auxquels ils choisissent de participer ensemble... Voici le décor de Dirty Dancing 2. Ça ne vaut pas le premier mais ça a tout de même son charme !

 

 

LA scène : au-delà du fait que La Havane me fait très sérieusement rêver, j'ai beaucoup aimé le fond historique du film qui nous rappelle l'histoire de Cuba ainsi que l'alchimie indiscutable entre Katy et Javier malgré leur peu de points communs et leurs familles qui tentent de les séparer... Ma scène préférée : la nuit qu'ils passent ensemble sur la plage avant leur ultime adieu après la chute de Batista...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Drew Barrymore dans "Collège Attitude"


 

 

college-attitude.jpg

 

" Je ne sais pas pourquoi je vous ennuie avec mes histoires Josie, je suis désolé."

"Non, c'est bien d'avoir quelqu'un à qui on peut parler non ? "

"Oui c'est bien. Oh vous verrez quand vous aurez mon âge, les garçons vous attendront en file indienne devant chez vous !"

"Vous dîtes ça parce que vous êtes mon professeur.. !"

"A vrai dire je ne devrais pas dire ça parce que je suis votre professeur..."


...

 

"Pardon pour le retard. Ca m'a pris des siècles pour arriver."

"Je sais ce que tu veux dire..."

 


michael-vartan.jpg

 

 

Bon d'accord, ce film est très couillon. Mais osez me dire que vous ne craquez pas devant ce beau gosse de Michael Vartan qui est quand même le GROS point fort du film ?! Ahh, vous voyez ? J'en étais sûre ! Dans ce film, Drew Barrymore doit se faire passer pour une lycéenne de 18 ans alors qu'elle est en fait une journaliste de 25 ans censée faire un reportage sur la jeunesse actuelle... Tout un programme. Sauf qu'elle tombe amoureuse de son prof de littérature anglaise et que ce n'était pas franchement prévu... (mais qui pourrait lui en vouloir honnêtement ?).

 

 

LA scène : celle où Sam (Mr le professeur) et Josie font un tour de grande roue ensemble et où des premiers sentiments semblent apparaître chez lui... Alors qu'il sait qu'il n'en a évidemment pas le droit en tant que prof. Aussi troublant que chou !

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Hilary Duff dans "Comme Cendrillon"

 

 

 

 comme-cendrillon-bal.png

 

 

comme-cendrillon-danse.png

 

 

comme-cendrillon.png 

 

 

Qu'on se le dise : je ne suis pas vraiment branchée conte de fée. Pour quelle raison farfelue voudrais-je donc prendre la place de cette relou de Cendrillon ? Pour la seule raison légitime : Chad Michael Murray bien sûr ! Dans ce film, on nous prend un peu pour des idiots : Sam, une fille impopulaire et Austin, (le mec le plus populaire du lycée justement) chat ensemble sur le net sans jamais savoir à qui ils s'adressent vraiment. Ils décident enfin de se rencontrer lors de la fête costumée du lycée. Sam arrive au bal avec un minuscule loup qui dissimule (légèrement) son regard et on tente de faire croire aux spectateurs que cet imbécile d'Austin ne la reconnaît pas... désopilant mais mignon tout de même !

 

 

LA scène : celle du bal, où Austin invite Sam à danser sous la tonnelle pendant qu'un orchestre joue pour eux... Le rêve !

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Norah Jones dans "My Blueberry Nights"

 

 

 

my-blueberry-nights.jpg

 

 

« Comment dire adieu à quelqu'un sans qui on n'imagine pas vivre ?

Je n'ai pas dit adieu.

Je n'ai rien dit du tout.

Je me suis juste éloignée... »

 

 

L'un de mes films préférés et de loin. Ça va sans doute vous étonner mais il ne s'agit pas d'une comédie romantique (si si, c'est possible !). Elizabeth n'arrive pas à se remettre d'une rupture difficile et elle trouve du réconfort auprès de Jérémy, le propriétaire d'un bar qui l'écoute vider son cœur et lui prépare chaque soir une part de tarte aux myrtilles avec une boule de glace à la vanille. Mais un jour, Lizzie ne se présente plus à leur rendez-vous quotidien. Pour se remettre et découvrir qui elle est vraiment, elle décide de partir sillonner les États-Unis...

 

 

LA scène : sans conteste TOUT le film qui est empreint de nostalgie et de réflexions sur la nature humaine. Jude Law est parfait dans son rôle et je n'aurais jamais cru que Norah Jones se révélerait aussi bonne actrice. J'ai des frissons chaque fois que je regarde cette tranche de vie... Une de mes scènes préférées : lorsque Lizzie revient de son périple et découvre que chaque soir, Jérémy continuait à lui réserver sa place et sa part de tarte...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Keira Knightley dans "Love Actually"

 


 

love_actually-to-me-you-are-perfect.jpg 

 

 

love-actually-baiser.png

 

 

De loin l'une des scènes les plus mythiques du cinéma et que personne ne vienne me dire le contraire ! Qui, grâce à Andrew Lincoln et à son personnage attendrissant, n'a jamais rêvé de vivre la même chose en ouvrant sa porte ?

 

 

LA scène : Mark est fou amoureux de Juliet... qui vient d'épouser le meilleur ami de ce dernier. Alors, à Noël, il décide de lui avouer ses sentiments grâce à une série de panneaux qui se termine par l'inscription "To me, you are perfect...". Pfiouu, dis-moi que ton petit cœur ne palpite pas devant une déclaration aussi magnifique ?

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Julia Moniz dans "Love Actually"


 

 love-actually.png

 

 

« De la journée c'est le moment que je préfère, vous ramener chez vous... »

« C'est le moment le plus triste de ma journée... Notre séparation. »

 

 love-actually-jamie-aurelia.png

 

 

love-actually-jamie-demande-en-mariage.jpg

 

 

 

Tout me touche dans l'histoire d'amour de Jamie et Aurélia : ils ne partagent pas la même langue mais l'amour se moque bien de ce genre de différences et ils vont quand même tomber amoureux l'un de l'autre sans jamais avoir pu vraiment communiquer...

 

 

LA scène : lorsque Jamie apprend le portugais et retourne dans le village d'Aurélia la veille de Noël pour la demander en mariage. Le plus émouvant c'est lorsqu'on se rend compte que de son côté, Aurélia a aussi appris l'anglais dans l'espoir de le revoir ! Il n'en faut pas plus pour me faire fondre...

 

 

 

J'aimerais prendre la place de... Amanda Bynes dans

"Ce dont rêvent les filles"

 

 

 

ce-dont-revent-les-filles-What-a-girl-wants.jpg

 

 

ce_dont_revent_les_filles_what_a_girl_wants.jpg

 

 

what-a-girl-wants.png

 

 

« Un truc m'échappe...

Pourquoi veux-tu à tout prix être comme eux ?

Tu es née pour être différente... »

 

 

Colin Firth (encore lui !), l'adorable Amanda Bynes et le charmant Oliver James, il n'en faut pas plus pour me plaire ! Pour être acceptée par son père, un aristocrate qu'elle n'a pas vu depuis son enfance, Daphné accepte de se prêter au jeu du protocole alors qu'elle est en réalité fofolle et spontanée. Mais peut-elle être vraiment heureuse et épanouie en renonçant à ce qui fait toute sa personnalité ?

 

 

LA scène : Daphné peut compter sur Ian, son petit ami, pour lui apprendre la bienséance ! Il tente de lui apprendre comment avoir un bon maintien... sur une barque au milieu d'un lac ! Résultat, une chute mémorable qui précède un baiser passionné...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Kristen Stewart dans "Twilight"

 

 


twilight.jpg 

 

 

 

Juste pour infos : je fais partie de cette partie de la planète qui ne trouve pas (du tout) Edward Cullen le vampire à son goût. Non non, moi je serais plutôt du côté "loup-garou" pour le coup... Mais comme LE couple du film reste Edward et Bella, on va faire avec ! L'amour entre les deux protagonistes ne me fait pas vraiment rêver non plus d'ailleurs... Un chouïa trop irréel et exagéré pour s'y retrouver ! 

 

 

LA scène : j'avoue tout, il y en a quand même une que je trouve chou. Lorsque Edward fait visiter sa maison à Bella et qu'il l'invite à danser sur "le Clair de Lune" de Debussy. So romantic ! Bon, évidemment, il fallait que Bella et ses deux pieds gauches gâche la scène mais peu importe...

 

 

 

Je prendrais bien la place de... Freida Pinto dans "Slumdog Millionaire"


 

 

slumdog-millionaire.jpg

 

« Pars avec moi Latika. »

« Et on vivrait de quoi ? »

« D'amour... »

 

 

Jamal et Latika étaient faits pour être ensemble : c'était écrit. Pourtant, la vie n'a pas été tendre avec eux, les séparant et les réunissant à sa convenance. Et pourtant, depuis l'enfance et malgré la pauvreté et les coups durs, ils s'aiment sincèrement...

 

 

LA scène : parce qu'il ne peut pas vivre sans elle, Jamal promet à Latika qu'il l'attendra chaque jour à la gare de Victoria Terminus à 17h. C'est si beau que les mots me manquent... Si ça ce n'est pas l'amour, le vrai, qu'est-ce que c'est ?

 

 

 

 

A SUIVRE !


(les films d'amour, ce n'est pas ce qui manque...)

 

 

 

 

J'espère que cette petite sélection vous aura plu ;) Ce fut dur de faire un choix (croyez-moi) et j'en oublie certainement beaucoup mais vous avez déjà un bel aperçu de mes scènes romantiques préférées du 7e art... Ma réputation est-elle foutue à tout jamais après ça ? Mon petit doigt me dit que oui... Mais tant pis, c'était un risque à prendre ! Alors oui : c'est mièvre, pas réaliste pour deux sous (c'est donc pour cela qu'on appelle ça du cinéma ? Dingue !) et théoriquement, il y a peu de chance que Jules nous fasse une aussi belle déclaration dans la vie mais et alors ?

 

 

Ce qui me fait rêver dans ces scènes, ce n'est pas tant les acteurs ou encore le décor. Ce sont surtout les mots prononcés et l'idée que certaines personnes se rencontrent et se trouvent tout simplement. Et pas besoin de faire partie du casting d'un film pour vivre ça : des petits miracles de ce genre arrivent chaque jour à des milliers de personnes. Peu importe que cela dure pour une nuit ou pour la vie : ce qui est surréaliste, c'est que deux personnes décident à un moment T de leur histoire d'être ensemble l'un pour l'autre. Alors c'est la crise, le chômage explose le plafond et on vient de se taper deux semaines de pluie ininterrompues en région parisienne. Chaque jour est une petite accumulation de galères constantes pour tous ! Mais s'il y a bien une chose qu'on ne peut pas nous enlever, ce sont nos rêves. Alors n'oubliez pas de rêver, surtout !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Culture
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 14:16

 


Vous et Sophie êtes amies depuis si longtemps que vous avez l'impression que vos débuts datent de l'âge de pierre. Vous repensez en rougissant à tout ce que vous avez vécu ensemble : les joies de la puberté (acné et appareil dentaire inclus, photos à l'appui !), la première cigarette, les premières histoires d'amour et – fatalement – les premières peines de cœur séchées à coup de gros pots de glace Haagen Daaz (caramel noix de macadamia : la meilleure). Vous pensez aux longues heures passées au cinéma devant des films d'horreur alors que Sophie déteste ça, la première cuite où elle vous avait tenu les cheveux au-dessus de la cuvette pendant que vous vomissiez tripes et boyaux (le ciment de l'amitié !), aux virées annuelles à Disneyland et au Parc Astérix, l'obtention du Bac puis du permis de conduire, vos premières vacances ensemble et vos week-end à l'étranger... Tant de souvenirs que vous pourriez sans problème écrire un livre sur votre amitié légendaire ! Le temps a beau passé, la vie a beau faire son œuvre, Sophie et vous, c'est à la vie à la mort (et que personne ne s'avise de se mettre en travers de votre chemin !). Jusqu'à ce que...

 

 

petites-filles-amies.jpg


 

 

Un jour, Sophie vous téléphone et vous pouvez entendre son cœur de jeune première frapper dans sa poitrine : elle vous annonce, des trémolos dans la voix, qu'elle a rencontré l'homme de sa vie, le vrai. Vous être si heureuse pour elle ! Ce bonheur, elle le mérite largement. Elle veut que vous rencontriez son chéri-chou au plus vite et cela vous fait chaud au cœur. D'ailleurs, vous ne vous inquiétez pas outre mesure : si elle l'a choisi, il doit forcément être fantastique ! Sauf que...

 

 

Le temps passe et vous avez de moins en moins de nouvelles de Sophie. Ça ne lui ressemble pas. Vous n'avez toujours pas rencontré chéri-chou non plus. Sophie quant à elle met trois plombes à répondre à un simple SMS et se répand sur son bonheur sans se demander une seconde comme vous allez. Compréhensive, vous vous dîtes que c'est tout naturel : elle nage dans le bonheur et pour la première fois de sa vie, elle semble vraiment amoureuse. Et comme le dit l'expression : "les amoureux sont seuls au monde...". Pas la peine de se la jouer meilleure amie intrusive : vous la laissez vivre. Elle a bien le droit de vivre d'amour et d'eau fraîche pendant quelques temps !

 

 

 

miss-tic-amour-mon-amour.jpg

 

 

Quelques semaines plus tard, vous rencontrez enfin l'élu ! Malheureusement, on ne peut pas dire que ce soit le coup de foudre entre vous et chéri-chou. La chaleur n'est pas vraiment au rendez-vous pour ne pas dire qu'un léger froid souffle sur vos têtes. Vous êtes cordiaux, sans plus. Sophie, elle, brille de mille feux. Alors que chouchou s'absente pour filer aux toilettes, elle vous saute dessus et vous demande le regard fiévreux à quel point vous le trouver formidable, vous aussi. Après tout, vous n'êtes pas mariée avec chéri-chou et vous n'êtes pas obligée de devenir sa nouvelle meilleure amie non plus. Une fois de plus, seul le bonheur de Sophie importe et il est indéniable qu'elle trépigne de joie. Inutile de lui gâcher sa bulle de paradis en émettant un jugement tiède sur chouchou ! Puis en plus, on ne juge pas quelqu'un à la première rencontre, c'est bien connu... Ce dernier pourrait toujours vous étonner dans l'avenir (Non ? Je vous sens sceptique là).

 

 

Le temps passe et malgré vos efforts, la situation ne s'améliore pas. Sophie se moque complètement de ce que vous vivez (et pourtant, entre votre rupture récente et les galères au boulot, vous auriez grandement besoin d'une soirée entre filles, une seule, pour vous épancher en buvant quelques tequila sunrise). Vous lui faîtes part de vos craintes : son bonheur vous soucie plus que tout au monde mais vous ne reconnaissez plus votre meilleure amie. Touchée, elle vous rassure : jamais un homme ne se mettra entre vous. JAMAIS ! Il faut qu'elle fasse sa vie, qu'elle vive ses expériences (quoi de plus naturel ?) mais jamais ô grand jamais elle ne pourrait vous délaisser : vous êtes sa sœur. Ragaillardie, vous êtes heureuse de cette discussion salvatrice. Finalement, la communication reste le maître-mot pour sortir d'une impasse et vous n'auriez pas dû garder tout ceci sur votre cœur si longtemps !

 

 

Pourtant, les mois passent et le fossé se creuse. Même si vous vous accrochez, le cœur n'y est plus forcément. Quand quelque chose vous arrive, positivement comme négativement, vous n'avez plus nécessairement le réflexe de prévenir Sophie. Qui l'eut cru ? Cette pensée vous pince le cœur. Vous continuez occasionnellement à vous voir autour d'un café mais plus par convenance et par habitude qu'autre chose. Quand vous pensez à tout ce que vous partagiez et à tout ce qui vous sépare désormais, vous avez les jambes qui tremblent. Vous avez un sursaut d'espoir lorsque Sophie vous propose de passer la soirée en tête à tête pour votre anniversaire. Mais quand elle arrive greffée à son chéri-chou et que vous passez la soirée à les regarder se faire des papouilles (ce n'était pas censé être votre anniversaire ?), vous réalisez que les choses sont peut-être comme ça désormais et qu'elles le resteront...

 

 

amitie-brisee-copie-1.jpg

 


Pourquoi ça fait mal ?

 

 

 

Vous connaissez probablement l'expression consacrée : "On ne choisit pas sa famille". Il est plutôt commun de dire que les amis sont justement la famille qu'on choisie en tout état de cause. J'ai coutume de dire qu'une amitié qui prend fin est assimilable à une rupture amoureuse, presque en pire. On peut être transi d'amour pour quelqu'un mais on sait que potentiellement, cet amour peut prendre fin : cela fait partie du risque. L'amitié, elle, est différente. Comme le disait Montaigne à La Boétie, c'est un sentiment aussi fort que mystérieux : "Parce que c'était lui, parce que c'était moi", et ça ne s'explique pas forcément. On ne peut pas décemment imaginer qu'une amitié, surtout si elle est longue et qu'on a connu, à deux, d'autres épreuves que l'on a su surmonté, puisse prendre fin. Et c'est la raison pour laquelle ça fait si mal. Dans ce cas présent, Sophie vous délaisse pour un homme, ce qui a (il faut le dire), un côté tristement naïf ! Elle pense à tort que vous êtes jalouse de son bonheur et de sa réussite sentimentale (c'est dire à quel point elle vous connaît mal) et donc que vous n'êtes pas une véritable amie. De votre côté, vous vous dîtes que vous devez bien peu compter à ses yeux pour qu'elle puisse balayer d'un revers de la main plus de dix ans d'amitié pour une histoire de cœur, comme s'il était si difficile de tout concilier (amour et amitié). Ajoutez à tout cela une bonne dose d'amertume et de sentiment de trahison et vous voilà dans une bien sombre impasse...

 

 

miss-tic-aveugle.jpg

 

 

Les solutions (Ah bon ? Parce qu'il y en a ?!)

 

 

 

* Sauver les meubles : tout est encore possible ! Avec du recul, la capacité de se remettre en question et de s'avouer que le souci vient sans doute de vous deux, votre amitié est encore récupérable. Après tout, vous étiez bien censée être sa demoiselle d'honneur Number One et la marraine de sa ribambelle de marmots ! (et ça, ça ne s'efface pas comme ça en un claquement de doigts...).

 

 

*Analyser la situation : c'est vrai, vous avez toutes deux changé, évolué et il n'y a pas de mal à ça. C'est même un processus naturel ! Vos valeurs ne sont sans doute plus les mêmes et voilà qui est déjà plus dérangeant. C'est à vous de savoir si la situation est récupérable ou pas. Une chose est sûre, vous avez été infiniment blessée par le comportement de celle que vous considériez comme une sœur et cela, ce n'est pas si simple à accepter et encore moins à pardonner...

 

 

 

miss-tic-comment-dire.jpg

 

 

* Affronter : il en faut du courage pour mettre fin à une amitié, quelle qu'elle soit. On ne va pas se mentir : ça fait mal de se dire qu'une des personnes qui vous connaissait le mieux au monde ne veut plus de vous dans sa vie (ou à toute toute petite dose et quand elle l'a décidé de préférence !) et n'a pas de mal à poursuivre son chemin sans vous. Pourquoi continuer, pourquoi s'accrocher dans ces circonstances ? Une chose est certaine : quand on a plus ni l'énergie, ni la force ni même l'envie de sauver cette amitié, alors peut-être est-ce l'heure de tourner la page. Vous continuerez à suivre votre chemin, mais chacune de votre côté cette fois-ci. Puis il paraît qu'une amitié qui prend fin n'avait jamais vraiment commencé... (enfin c'est ce qu'on dit hein).

 

 

* Se remémorer les bons souvenirs : je suis d'accord, réaliser que toute relation est périssable (même celle que vous pensiez indestructible) vous ramène étrangement au jour où vous avez compris que le Père Noël n'existait pas. Pas plus que la Petite Sourie ou les Cloches de Pâques d'ailleurs. Réaliser que cette imposture d'envergure mondiale est du FLAN et que TOUT LE MONDE commence sa vie en gobant ce monceau de mensonges n'aide pas (du tout) à avoir foi en l'espèce humaine. Mais peut-être que tout part de là. Peut-être qu'une fois intégrée cette "norme" qui dit que rien ne dure jamais, tout est plus simple et nous permet de relativiser et de prendre la vie comme elle vient. Puis tout de même, votre amitié est peut-être enterrée aujourd'hui mais elle n'en était pas moins réelle hier. Et même si les souvenirs n'ont pas la même saveur aujourd'hui, au regard de toute votre histoire, ils restent le témoignage d'un passé commun ET heureux. Pas besoin donc d'être amer. Gardez le meilleur avec vous et laissez le reste derrière vous... Je ne pensais pas être capable de dire ça mais vous verrez : on s'en remet. Et je parle par expérience. Ça prend du temps mais la page se tourne, on guérit et on en sort grandi... La vie est bien trop courte pour se battre avec le vent.

 

 

fin-amitie.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Psycho
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 13:00

 

 

Hello mes petits artistes ! 

 

 

Je ne sais pas si le photographe Thomas Czarnecki a un problème avec les contes de fées mais avec les happy end, certainement ! Lassé d'entendre le sempiternel "ils vécurent heureux pour toujours et eurent beaucoup d'enfants...", il a décidé de réécrire l'histoire a sa manière. Résultat : des fins tragiques et qui font froid dans le dos pour nos jolies princesses. Les lieux, glauques à souhait, ne donnent guère envie de s'y aventurer trop longtemps. Une série de photos qui aurait certainement plu à Bruno Bettelheim, le psychanalyste qui s'est intéressé toute sa vie durant à la signification réelle des contes de fées et à leur manière de symboliser les angoisses humaines. Une chose est sûre, "the end is near" pour ces princesses figées sur papier glacé pour l'éternité... Bienvenue dans l'univers torturé de "From Enchantment To Down" qui en tout cas ne laisse pas indifférent.

 

 

disney-from-enchantment-to-down-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-ariel-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-jasmine-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-cendrillon-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-blanche-neige-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-princesse-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-princesse-desenchantee-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-belle-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-pocahontas-thomas-czarnecki.jpg

 

 

disney-alice-thomas-czarnecki.jpg

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Tendance
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 14:38



Hello mes petites pâtisseries !

 

 

Aujourd'hui, zoom sur une petite touche de déco tendance : les bougies en forme de gourmandises. Mais si : souvenez-vous lorsque vous étiez gamins et que vous étiez obligés de suivre vos parents en visite chez la grand-tante Monique ! Sur sa table de salle à manger trônaient dans une coupelle des fruits "qu'il ne fallait surtout pas toucher et encore moins manger". Ce détail ne manquait pas de vous étonner car vous ne compreniez décemment pas à quoi pouvaient servir des fruits à part à être mangés (logique). Alors vous observiez du coin de l’œil ces fruits qui, à bien y regarder à deux fois, semblaient prendre la poussière. L'ensemble ressemblait à s'y méprendre à ceci : 

 

 

fruits-bougies.jpg

 

 


 

Il vous en aura fallu du temps et des visites chez la grand-tante, pour comprendre que ces fruits n'en étaient pas vraiment ! Et à l'époque, croyez-le ou non, ils étaient ce qui se faisait de plus "in" en matière de déco (chacun ses goûts). En me promenant au gré de mes humeurs dans des boutiques d'aménagement d'intérieur et de décoration, j'ai pu constater que les bougies en forme de gourmandises en tout genre avaient de nouveau la côte. Et si, personnellement, les bougies en forme de fruits attisaient clairement ma curiosité, elles ne me faisaient pas franchement saliver non plus (hé oui, déjà à l'époque j'avais fait mon choix entre une pomme et une part de brownie pour le goûter !). Du coup, voici une petite sélection de bougies originales dont je ne ferais réellement qu'une bouchée ! A l'honneur : macarons, religieuses, cupcakes et autres gourmandises qui envoient du lourd. Parfaits à disposer sur une table façon boudoir lors d'un tea time ou à offrir en cadeaux chics et tendances !  

 

coffret-bougies-macarons-maisons-du-monde-copie-1.jpg

 

 

bougies-macarons.jpg

 

 

bougies-macarons-maisons-du-monde.jpg

 

 

Coffret de sept "bougies macarons"

aux couleurs acidulées

 


Chez Maisons du Monde

7,90 euros

 

bougie-pomme-damour

 

 

 

Bougie "Pomme d'Amour"

pour une ambiance "Fête foraine"

 


Créations Point à la Ligne

Vendue chez bougies-bougeoirs.com


8,00 euros

 

 

bougies-gaufres.jpg

 

 

 

Bougies "gaufres"

pour se rappeler les

goûters d'enfance à la maison...

 

 

Chez Bougies la Française

Collection "Atelier Gourmand"

 

 

 

bougies-coupes-glace.jpg

 

 

 

Bougies "Coupe de glace"

pour donner un petit côté "diner américain" à sa déco !

 


Chez Instemporels

4,90 euros la bougie

 


 

coffret-bougies-chocolats.jpg

 

bougies-chocolats.jpg

 


 

Coffret coeur 

contenant des bougies en forme de chocolats

 


Chez Maisons du Monde

12,90 euros le coffret

 

 

 

bougies-guimauve.png

 

 

Sachet de 5 bougies "Guimauve"

si fidèles qu'on en mangerait !

 


Création Point à la Ligne

Chez bougies-bougeoirs.com

13,00 euros le sachet

 

 

 

bougies-laduree.jpg

 

 

 

 

Coffret Ladurée (édition limitée)

Religieuse, macarons et Saint Honoré

 


Chez Bird on the Wire

74,00 euros (!)

 

 

 

bougies-nounours.jpg

 

 

bougies-nounours-la-francaise.jpg

 

 

 

Bougies "Famille de Nounours"

si réels qu'on les croirait en chocolat !

 


Chez Bougies la Française

Collection "Atelier Gourmand"

 


 

bougies-yaourt-maisons-du-monde-copie-1.jpg

 

bougies-yaourt.jpg

 

 

Assortiment de 3 bougies "Yaourt Guinguette"

 


Chez Maisons du Monde

11,90 euros

 

 

  

bougies-cupcakes.jpg

 

 

 

Bougies Cupcakes

Vanille ou chocolat !

 


Chez Instemporels

2,70 euros la bougie

 

 

 

bougies-mignardises.jpg

 

 

 

Bougies mignardises

 


Chez Bougies la Française

Collection "Atelier Gourmand"

 

bougie-religieuse.jpg

 

 

Bougie "Religieuse au chocolat"

 

 

Créations Point à la Ligne

Vendue chez bougies-bougeoirs.com

30,00 euros

 

 

 

coffret-bougies-cupcakes-copie-1.jpg

 

 

 

Coffret "Bougies Cupcakes"

 

 

Chez Maisons du Monde

14,90 euros

 

 

 

bougies-muffin.png

 

 

Sachet de "Bougies Muffins assortis"

 


Créations Point à la Ligne

Vendue chez bougies-bougeoirs.com

13,00 euros

 

 


Des bougies gourmandes...

à consommer sans modération ! 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Gourmandises !
commenter cet article

Quelques Mots (D'amour)...

  • : Childhood is better ! - Blog Lifestyle / Culture
  • Childhood is better ! - Blog Lifestyle / Culture
  • : * Blogueuse Lifestyle / Culture / Humeur / Bric-à-Brac * N'a jamais réussi à rentrer dans une case ! * Macarons addict * Serial Lectrice * Amoureuse des mots (et des blogs) * Adepte des coups de cœur (et coups de gueule !) * N'a pas sa plume dans sa poche... * N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage ! Et pour plus de renseignements : childhoodisbetter@gmail.com
  • Contact

  • childhood-is-better
  • Une question à propos de mon blog, une proposition de partenariat ? Vous pouvez me contacter sur l'adresse mail childhoodisbetter@gmail.com et je vous répondrai avec plaisir !
  • Une question à propos de mon blog, une proposition de partenariat ? Vous pouvez me contacter sur l'adresse mail childhoodisbetter@gmail.com et je vous répondrai avec plaisir !

HELLOCOTON AND ME !

 

A La Recherche Du Bonheur ?!

Par Thèmes...

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -