Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 17:30

 

 

Hello mes petits marque-pages colorés !



 

metarmophose-en-bord-de-ciel-couverture.jpg


 

 

Il est des auteurs et des œuvres qui nous touchent parfois en plein cœur, véritable coup de foudre au nom de l'Art, et c'est bien souvent de ceux-là qu'il est le plus difficile de parler... Car comme le dit l'expression consacrée : "l'amour ne s'explique pas...". Je suis tombée amoureuse (artistiquement parlant cela s'entend ;)) de Mathias Malzieu à deux reprises. La première il y a une dizaine d'années, quand mon frère m'a fait écouter la chanson "Song for Jedi" du groupe Dionysos dont Mathias est aussi le chanteur. Tout, de la musique aux paroles, résonnait en moi. J'ai donc grandie avec les textes de ce groupe que j'adorais et qui ne cessait de m'étonner. Quelques années plus tard, en pleine frénésie de lecture, j'apprends que Mathias Malzieu vient de sortir un roman, Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, dont la critique fait l'éloge. Je l'achète, le savoure. Second coup de foudre : il me transporte et me touche (le livre, hein ;)). Je me dis que cet homme brillant n'a décidément pas son pareil pour toucher les gens en plein cœur.

 

 


maintenant-quil-fait-temps-nuit-sur-toi-couverture.jpg

 


Impression qui sera confirmée en 2007 à la sortie du roman La mécanique du cœur, véritable petit bijou littéraire devenu depuis l'un de mes livres préférés. Difficile de ne pas succomber à l'univers onirique et aux personnages fantastiques et hors du commun qui prennent vie sous la plume de cet auteur. Fan absolue de Burton et de Lewis Caroll, la comparaison s'impose d'elle-même tant ces romans sont dans la même veine que les oeuvres de ce cinéaste et de cet écrivain talentueux. Les mêmes univers sombres, la même magie qui transporte... Luc Besson, qui a racheté les droits, réalisera d'ailleurs une adaptation cinématographique de La Mécanique du cœur courant 2013. Dire que j'ai hâte de voir le résultat est un très petit euphémisme ! Avec un peu de retard et pourtant beaucoup d'impatience, j'ai enfin lu Métamorphose en bord de ciel – le troisième roman de Mathias Malzieu. Je me demandais, avec une pointe d'appréhension, s'il était possible d'être toujours aussi séduite par le style de l'auteur... Aujourd'hui, j'ai ma réponse !



 

la-mecanique-du-coeur-couverture.jpg

 



Métamorphose en bord de ciel... Ça dit quoi ?

 



Tom "Hématome" Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques le propulsent au sommet de la gloire. Jusqu'à ce qu'un médecin qui le soigne pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable. Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu'il appelle "la betterave". Lors d'une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l’hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de voler rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : "Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose, vous devrez faire l'amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter."

 



Métamorphose en bord de ciel, je me lance... Ou pas ?

 

 

 

metamorphose-en-bord-de-ciel.jpg

 

 


Depuis l'enfance, Tom n'a qu'un seul et unique rêve : s'élever dans les cieux. Dans son cercueil roulant (un signe prémonitoire ?), il sillonne villes et pays et ravis les spectateurs de ces spectacles hors du commun faits de chutes et de cascades catastrophiques. Qu'importe s'il se fait mal : il ne vit que pour les applaudissements et les sourires de ses spectateurs qui lui réchauffent le coeur ! De place de villages en place de villages, Tom fait rire et amuse son public, tant et si bien que sa notoriété et son surnom, "le plus mauvais cascadeur du monde" dépassent les frontières... Mais un jour, le jeune homme fait une énième mauvaise chute qui elle, s'annonce fatale. Cloué sur un lit d'hôpital et privé de ses spectacles et de ce qui l'enchante, les médecins lui apprennent qu'il ne lui reste que peu de temps à vivre. Cabossé par des années de chutes et de cascades extrêmes, Tom n'aura plus jamais l'occasion de s'élever dans les airs. La "betterave" qui grandie en lui (entendez un cancer de la moelle épinière) ne lui laissera plus jamais l'occasion de flirter avec les nuages. Et ses rêves de s'effondrer...

 

 

Lui qui ne vivait que pour ses cascades ratées et pour le public qui l'adulait, il découvre désormais un univers froid fait de pas dans le couloir, de visages tristes et de lit qu'il faut garder sans discuter. Mais pour celui qui rêve de voler depuis l'enfance, difficile d'accepter cette fatalité qui s'impose à lui : la mort, inéluctable, au bout du chemin. Une nuit, alors qu'il erre dans les couloirs de l'hôpital pour voler les plumes des oreillers de ses voisins de galère (dans l'espoir d'en faire des ailes !), il tombe sur une véritable apparition : une femmoiselle (mi-femme mi-oiseau donc !), douce et gracieuse, répondant au joli nom d'Endorphine. Elle lui propose alors un pacte hors du commun : elle pourrait le sauver et réaliser son rêve le plus fou en faisant de lui un oiseau, mais il y a évidemment un prix à payer en retour... Pour parvenir à cette liberté, il devra lui faire un enfant et comprendre que l'homme qui est en lui disparaîtra probablement pour toujours, laissant place à l'oiseau. Difficile pour Cloudman (littéralement "l'homme-nuage") de résister à cette douce tentation : toucher le ciel du bout des ailes et laisser derrière lui la souffrance de la maladie et la peur...

 

 

 

"Un bruissement d'ailes.
L'oiselle tire une longue bouffée de cigarette.
Ses paupières ensevelissent ses pupilles,
comme les rideaux à la fin d'un spectacle de marionnettes.
Elle étend ses bras jusqu'au bout des doigts, plie ses genoux, 
cambre ses reins et repousse le sol de ses talons plus qu'aiguilles. 
Ses pieds graciles quittent le sol, ses ailes se déploient, balayant le nuage de fumée. 
 

Onctuosité absolue.

Les étoiles se penchent pour la regarder et se cognent aux angles des bâtiments.
Elle s'envole jusqu'au portique de sa balançoire, se perche sur la barre transversale.
La lune est en apnée, amoureuse."



Métamorphose en bord de ciel - p.63

 



Dans ce magnifique roman (le suspense et moi faisant deux, autant vous dire tout de suite que j'ai encore été transportée par cette histoire hors du commun !), nous nous retrouvons une fois de plus dans un lieu bien connu des livres de Mathias Malzieu : l’hôpital. Dans Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, il racontait la perte de sa maman, enlevée par un cancer, et toute la phase du deuil qui s'impose alors. J'ai lu ce livre le cœur au bord des lèvres, en silence et je l'ai quitté à pas de loup, comme on quitterait un temple sacré. Aujourd'hui encore, les sensations à la lecture de Métamorphose en bord de ciel sont du même effet. Dans ce roman, on retrouve donc à nouveau l'univers hospitalier qu'on pensait avoir laissé derrière nous et cette fois-ci, on le "vit" littéralement de l'intérieur : les journées qui s'étirent lentement, les murs d'un blanc sale qu'on contemple à longueur de journée, la nourriture écœurante, les médicaments qui coulent en intraveineuse, les conversations à voix basse... La sensation d'être emprisonné. On pourrait vite étouffer entre ces lignes et dans cet univers triste à souhait si l'écriture de Mathias Malzieu n'était pas si lumineuse et si puissante. Derrière le fantôme du cancer qui hante les pages du roman et ces êtres cassés par la vie, tout reste incroyablement beau et léger comme la plume d'un oiseau. L'écriture de ce grand auteur est toujours aussi imagée, pleine de métaphores enchantées et de bons mots qui s'imposent d'eux-même dans notre esprit. Lire un de ses livres, c'est entrer tout simplement dans un univers poétique et magique... Une expérience de lecture unique et hors du commun.



 

"J’ouvre les yeux. Le monde a changé.
Une odeur de soupe de cantine et d’éther remplace les exhalaisons d’automne.
Le bitume est devenu linoléum. Mon formidable cercueil, un simple lit.
(...) Ici, tout est beige et gris décati avec de grandes fenêtres sévères.
Chaque pas sur le linoléum fait le bruit d’un pansement qu’on arrache.
Les gens s’ennuient, pleurent, crient. Des proches apportent des fleurs,
un sourire cousu sur leur visage ; ils se débrouillent pour que
leurs larmes coulent à l’intérieur de leurs orbites.
Des blouses blanches aux gestes mécaniques hantent les lieux.
Bienvenue au service de cancérologie."

 



De ce roman bouleversant mais aussi délicieusement enfantin, difficile de ne pas y voir une métaphore de la mort bien sur, mais aussi de l'amour comme libération ultime. La maladie oblige Cloudman à renoncer à tout ce qui faisait sa personne : il n'est plus le même et disparaît petit à petit. La betterave emporte chaque jour un peu plus des morceaux de son être. Mais lorsqu'on est cloué dans un lit et que la maladie nous prend notre liberté, il reste toujours le pouvoir des mots et de l'imaginaire... En acceptant le pacte de la femmoiselle, Cloudman pourrait être libéré de ses souffrances et quitter ce lit qui emprisonne son corps et son âme. Il pourrait enfin voler, réaliser son rêve ultime, s'enfuir et tutoyer les cieux. En laissant derrière lui un enfant, c'est une preuve d'amour sans faille et une trace de son passage dans le monde des vivants qu'il offrirait : un cadeau inestimable... Quel sera son choix ? Je vous laisse le plaisir de le découvrir.

 

 

Pour ma part, la magie a opéré de nouveau et sans difficulté. Si le coup de foudre est moindre qu'à la lecture de La Mécanique du cœur, je suis quand même toujours aussi séduite par ces contes pour grands enfants plein de naïveté, faits d'images incongrues qui s'imposent à nous à la lecture et de métaphores toujours étonnantes. Ce regard enfantin sur le monde, ces êtres cabossés par la vie qui hantent les pages de ces romans ne peuvent qu'émouvoir. Ici, la mort est à chaque coin de couloir mais c'est l'amour entre les êtres et la volonté de réaliser les rêves de chacun que l'on retient. L'amour qui peut délivrer et sauver à bien des niveaux. Reste à savoir si nous serions prêts à perdre la personne qu'on aime pour qu'elle soit soulagée et enfin libre de ses maux... Mathias Malzieu a un don rare : celui d'évoquer des souvenirs et des parcours de vie empreints de tristesse mais d'être capable d'en faire des livres lumineux et plein d'espoir, petite bougie dans l'obscurité quand tout semble sombre... Un roman court somptueusement poétique qui se dévore littéralement, sublimé de surcroît par la grâce de l'illustration de couverture réalisée par le talentueux Benjamin Lacombe.

 



 

Et toi lecteur, déjà accro à l'écriture de Mathias Malzieu ?

Si ce n'est pas encore le cas, n'hésite pas à te lancer !

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by childhood-is-better - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Xelou 06/03/2013 09:14

Réjouis toi : un nouveau titre arrive ! Je l'ai commandé à la librairie :D

Moi j'avais adoré Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, moins aimé La mécanique du coeur, même si j'avais passé un bon moment. Du coup, je n'ai pas lu celui-ci... Mais tu es très forte,
ça m'a donné envie de me pencher dessus...

Un jour peut-être ! (j'ai 8000 livres dans mes rayons qui attendent d'être lus ! ^^)

childhood-is-better 07/03/2013 17:10



Oh oui je sais, j'ai tellement hâte de découvrir ce nouveau roman d'ailleurs ! 8000 livres qui t'attendent, la barre est haute en effet :D Bon courage pour t'ateler à tout ça !! Néanmoins, si tu
as l'occasion, Métamorphose en bord de ciel se lit vraiment tout seul ;) A très vite, bises ! 



KazuChan 02/03/2013 10:49

J'ai découvert Mathias Malzieu avec "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi" il y a quelques moi et, tout comme toi, je suis tombée amoureuse de son écriture!
Du coup, j'ai aussi lu "Métamorphose en bord de ciel" et, bien que je l'ai un tout petit peu moins aimé que le premier, je l'ai quand même dévoré autant pour les mots que pour les illustrations qui
jalonnent le roman.

Mathias Malzieu sait mettre des mots là où c'est impossible de le faire. Il sait faire des alliances impensables mais tellement vraies. Et touchantes.

Maintenant, j'attends de pouvoir me procurer "La Mécanique du Coeur" :)

childhood-is-better 07/03/2013 17:06



Merci pour ton commentaire KazuChan ! Beaucoup de personnes sont sensibles à l'écriture de Mathias Malzieu et je dois dire qu'il est dur de ne pas y succomber :) Comme tu le dis parfaitement, les
alliances de mots qu'il utilise sont toujours si improbables, si étonnantes et si sublimes ! Je suis certaine que La Mécanique du Coeur te plaira si tu as aimé les deux autres romans. C'est sans
conteste mon préféré :) Je te souhaite une belle lecture ! Bises.



Quelques Mots (D'amour)...

  • : Childhood is better ! - Blog Lifestyle / Culture
  • Childhood is better ! - Blog Lifestyle / Culture
  • : * Blogueuse Lifestyle / Culture / Humeur / Bric-à-Brac * N'a jamais réussi à rentrer dans une case ! * Macarons addict * Serial Lectrice * Amoureuse des mots (et des blogs) * Adepte des coups de cœur (et coups de gueule !) * N'a pas sa plume dans sa poche... * N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage ! Et pour plus de renseignements : childhoodisbetter@gmail.com
  • Contact

  • childhood-is-better
  • Une question à propos de mon blog, une proposition de partenariat ? Vous pouvez me contacter sur l'adresse mail childhoodisbetter@gmail.com et je vous répondrai avec plaisir !
  • Une question à propos de mon blog, une proposition de partenariat ? Vous pouvez me contacter sur l'adresse mail childhoodisbetter@gmail.com et je vous répondrai avec plaisir !

HELLOCOTON AND ME !

 

A La Recherche Du Bonheur ?!

Par Thèmes...

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -